Diabète et environnement

Ce qui est démontré, ce qui reste à prouver  Abonné

Publié le 20/12/2013

Il est possible d’agir sur l’environnement, chez des personnes dont les parents sont DT2 ou lorsqu’elles sont déjà intolérantes au glucose : une prise en charge globale basée sur les mesures hygiéno-diététiques (activité physique au-delà de 30 minutes/jour, limitation des apports en graisses et en surtout acides gras insaturés au sein d’une alimentation équilibrée) diminue dans ces populations à risque la survenue de diabète de l’ordre de 60%.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte