Vague de chaleur

Canicule : de plus en plus de départements touchés

Publié le 18/08/2012
Une bonne trentaine de départements pourraient bientôt être concernés par le niveau 2 du plan canicule, alors que les températures ont dépassé samedi 18 août les 40° sur une partie de la France métropolitaine. Pour l’instant pas de conséquences sanitaires à déplorer. Mais il faut attendre le début de la semaine prochaine pour en être tout à fait sûr. Marisol Touraine s’est rendu dans une Ehpad de la Nièvre pour se rendre compte de l’application du plan canicule.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

L'épisode de canicule qui a touché vendredi le sud-ouest de la France s'étendait samedi au centre du pays avec des températures pouvant dépasser 40 degrés entre la Garonne et la Loire. Des records de température ont été battus ou devraient l'être au cours du week-end, avec des sommets parfois jamais atteints une deuxième quinzaine d'août, voire parfois l'ensemble du mois d'août. Le pic de chaleur est attendu dimanche. Météo France qualifiait samedi matin l'événement "d'épisode très chaud, nettement moins grave qu'en 2003, mais nécessitant une vigilance particulière notamment pour les personnes sensibles ou exposées".

Le niveau 2 du plan canicule a été déclenché dans 23 départements pour coordonner l'action des collectivités, des services de santé et des établissements pour personnes âgées, pour aider les plus vulnérables à lutter contre la déshydratation, afin d'éviter les drames de l'été 2003. Météo France a placé, dès vendredi, 21 départements* en vigilance orange principalement dans le sud-ouest, la Bourgogne et la région Rhône-Alpes. Les plans canicule concernaient samedi ces 21 premiers départements ainsi que l'Isère et la Charente-Maritime. Ils devraient être rejoint par d’autres départements, puisque Météo France a placé samedi 12 nouveaux départements en vigilance orange. Ceux-ci, situés principalement dans l'est de la France, ont été appelés à appliquer le niveau 2 du plan canicule, a-t-on indiqué samedi au ministère délégué aux personnes âgées. "C'est une recommandation de la DGS, mais la décision finale appartient à chaque préfet de ces départements", a néanmoins précisé une porte-parole de Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées.

Quel risque sanitaire ?

Pour l’heure, aucune conséquence sanitaire n’était samedi à déplorer. Selon les informations recueillies samedi matin auprès des pompiers et de la préfecture de la région Midi-Pyrénées, on ne recensait encore aucune intervention de secours liée à la canicule. "Les personnes âgées, ce n'est qu'au bout de trois ou quatre jours qu'elles vont avoir des symptômes", expliquait néanmoins vendredi à l’Agence France Presse la responsable de l'accueil médical du CHU de Purpan à Toulouse. "On risque de voir arriver du monde lundi ou mardi car il faut bien deux-trois jours pour que les difficultés respiratoires apparaissent" déclarait-on en écho samedi aux urgences de l'hôpital Nord de Marseille.

Le niveau 2 du plan canicule prévoit notamment des actions de protection des personnes fragiles, surtout les personnes âgées, par les maisons de retraite ("plan bleu"), les hôpitaux et les collectivités locales. La ministre de la Santé Marisol Touraine est allée se rendre compte de son application vendredi dans la Nièvre dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) à Lormes. La ministre a visité l'établissement, se rendant dans la salle climatisée mise à disposition des 96 personnes accueillies, elle en a rencontré certaines ainsi que des membres du personnel. "La clef en cas de canicule, c'est l'anticipation", a dit la ministre. "En été on sait que les fortes chaleurs peuvent fragiliser les personnes âgées, les enfants, les personnes malades. Il est normal que le gouvernement soit mobilisé et que la ministre de la Santé se rende compte de la façon dont sont mises en oeuvre les préconisations qui doivent permettre à chacun de traverser la période sans trop de difficultés."

Les départements concernés

Météo France a placé en vigilance orange dès vendredi 21 départements: Haute-Garonne, Gers, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne dans le Sud-Ouest puis la Bourgogne (Yonne, Côte-d'or, Nièvre et Saône-et-Loire) le Limousin (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne), ainsi que l'Allier, la Charente, le Cher, la Dordogne, l'Indre, la Loire, le Puy-de-Dôme et le Rhône.

Les 12 nouveaux départements placés samedi en alerte orange sont les deux départements alsaciens (Bas-Rhin et Haut-Rhin), les quatre départements de Franche-Comté (Jura, Doubs, Haute-Saône et Territoire-de-Belfort), l'Ain, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, les Vosges et l'Isère.

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr