Législatives 2017

Candidats médecins généralistes : qui s'est qualifié pour le second tour ?

Publié le 08/06/2017

C'est carton plein pour les candidats médecins généralistes qui avaient choisi "La République en Marche" aux législatives. Dimanche soir, les nouvelles les concernant étaient entre bonnes et excellentes : tous se trouvant a priori en ballotage plutôt favorable. La mieux placée est Anne Genetet, qui, pour les Français de l'étranger, dépasse allègrement les 50%, mais devra quand même faire un second tour faute de participation suffisante. Bonne position aussi pour Philippe Chalumeau, qui termine largement en tête de ce premier tour avec plus de 36%. Belle performance aussi pour le Dr Delphine Baggary avec 34,2%, arrrivée en tête dans la 1ere circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, devant les candidats France Insoumise et Front National. Une casaque qui a bien réusssi aussi à Michel Lauzzana (32,6%) dans la 1ere circonscription du Lot-et-Garonne, à Paolo Da Silva Moreira (33,76%) -qui arrive devant le député sortant LR d'Auxerre- dans l'Yonne et  à Jean-Pierre Pont, (31,6%) qui se présentait à Boulogne-sur-mer dans le  Pas-de-Calais : en comparaison, son confrère Philippe Morbidelli qui concourrait comme divers gauche dans la même circonscription doit se contenter d'un très modeste 0,6%...

Bien au-delà de la barre des 30% se trouve aussi un autre"marcheur"  le Dr Julien Borowczyk, qui, avec 37,44% devance le député sortant LR dans la 6e circonscription de la Loire. Et, même s'ils sont un peu en deça, les résultats sont plutôt favorables aussi pour le généraliste Marc Delatte en compétition dans le canton de Soisssons dans l'Aisne et arrivé en tête avec 28,07% et pour Marie Tamarelle-Verhaeghe, qui, sous l'étiquette Modem-En Marche a fait plus de 30% dans sa circonscription de l'Eure.

Hors majorité présidentielle, point de salut...

Hors mouvance présidentielle, c'était plus dur dimanche de se qualifier pour le second tour. Et même s'il y a certaines exceptions, ce ne sera pas facile pour eux au second tour. C'est le cas du généraliste Alain Laffont qui a fait près de 16% dans la 1ère circonscription du Puy-de-Dôme pour la "France Insoumise" ou pour le régionaliste Gérard Simler qui se qualifie avec un score comparable dans le Bas Rhin. En Corse, dans la région de Figari, le régionaliste Paul-André Colombani (29,09%) reste aussi en lice et sera opposé à deux autres candidats (LR et En Marche) au second tour.

Parmi les députés sortants médecins généralistes, l'un d'entre eux tire sans problème son épingle du Jeu : le vert  Eric Alauzet (EELV)  totalise en effet pas moins de 42,43% dans la deuxième circonscription du Doubs. Ce sérance plus disputé pour le député divers gauche Christian Hutin qui rassemble près de 25% sur sa candidature du côté de Dunkerque ou dans les Yvelines pour un des experts santé de l'Assemblée Nationale ces dernières annéée, le LR Pierre Morange, qui ne réalise que 26,45%, en deuxième position derrière la candidate d'En Marche qui affiche déjà 48% au compteur... Enfin, c'est déjà fini pour Fernand Sire dans les Pyrénnéées Orientales : il ne fait que 13,3%, ce qui n'est pas suffisant pour participer au second tour. Même punition, même motif pour Renaud Gauquelin : le socialiste n'était député de la 7eme circonscription du Rhône que depuis un an, il a été sèchement battu avec un peu moins de 10% des voix seulement...

Touraine s'en tire mieux que Lemorton

En comparaison de ces infortunés, leur ancienne ministre, Marisol Touraine peut encore croire à ses chances. L'ex-ministre de la Santé fait 28,5% dans sa circonscription de Loches. Cela augure au second tout d'un ballotage favorable pour elle, mais  néanmoins ouvert face à son concurrent UDI, qui a fait 20%. Plutôt aidée par les circonstances, elle a mieux résisté à la vague En Marche que la présidente de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Catherine Lemorton, éliminée dès le premier tour.

55 médecins généralistes se présentaient aux élections législatives ce 11 juin. C'est trois de plus qu'en 2012. Sept généralistes étaient alors devenus députés.On peut parier qu'ils seront un peu plus nombreux en 2017, puisque pas moins de 17 praticiens candidats sont qualifiés pour le second tour. Parmi les candidats cette année, beaucoup étaient novices. Des partis et mouvements très divers sont représentés, même si la palme revient à La République en marche-Modem, qui comptait dix généralistes candidats, tous qualifiés. Quel score ont fait les candidats généralistes dans leur ensemble ? Découvrez-le sur notre carte interactive.

Source : ministère de l'Intérieur

Cliquer sur le département pour que les informations s'affichent sous la carte


Source : legeneraliste.fr