Cancer de l’ovaire: une piste française pour adapter les traitements

Publié le 21/11/2011

Des chercheurs ont découvert dans les cancers de l'ovaire deux caractéristiques génétiques qui permettent de distinguer les tumeurs agressives et leur réponse au traitement, selon des travaux publiés dimanche dans la revue Nature Medicine. Cette découverte devrait déboucher sur un test qui permettra d'adapter le traitement à la nature de la tumeur de chaque patiente. L'équipe de Fatima Mechta-Grigoriou (Inserm-Institut Curie, Paris) a en effet mise en évidence deux "signatures moléculaires" qui permettent d'émettre un pronostic sur l'évolution de la maladie. La première signature, dite de "stress oxydant", permet d'identifier des tumeurs, certes agressives, mais plus sensibles au traitement et donc de meilleur pronostic. La deuxième, dite de type "fibrose", correspond à des tumeurs à fort risque de dissémination tumorale. "Quoique hautement prolifératives, les tumeurs présentant la signature "stress oxydant" sont plus sensibles à certaines chimiothérapies, notamment le paclitaxel (Taxol®) et ses dérivés", précise Fatima Mechta-Grigoriou. A l'Institut Curie, les médecins travaillent actuellement sur un projet de test destiné à identifier facilement de quel type de tumeur chaque nouvelle patiente est atteinte, afin de pouvoir adapter leur traitement. Le cancer de l'ovaire, touche 4.600 femmes chaque année en France.


Source : legeneraliste.fr