C3G et C4G ne représentent plus qu’un tiers des pilules vendues

Publié le 29/04/2013

Les ventes de pilules contraceptives de 3e et 4e génération ont fortement chuté depuis décembre et ne représentent désormais plus que 32% de l'ensemble des ventes de pilules, contre 68% pour les pilules de 1ère et 2e génération, selon des chiffres fournis lundi par l'agence du médicament ANSM. Ce rééquilibrage, fortement encouragé par les autorités sanitaires, intervient alors que jusque fin 2012, les ventes de pilules de 3e et 4e génération représentaient plus de la moitié des ventes de contraceptifs oraux combinés (COC) en France. La chute des ventes de ces dernières, déjà constatée depuis début 2013, s'était accélérée en mars,


Source : legeneraliste.fr