Bruxelles défend son projet anti tabac devant les eurodéputés

Publié le 25/02/2013

Devant des eurodéputés pour certains inquiets des conséquences de la réforme en terme d’emploi, ils étaient venus à deux au Parlement Européen pour défendre cette réforme. «Nous voulons réduire le nombre de fumeurs et cette proposition vise à rendre le tabac le moins attrayant possible, surtout pour les jeunes», a expliqué le commissaire chargé de la Santé. Tonio Borg a par ailleurs souligné l’intérêt économique de son projet : «les recettes de l'industrie du tabac, de l'ordre de 20 milliards d'euros par an, sont très inférieures aux dépenses supportées par les Etats pour le traitement des maladies et la perte d'activité économique consécutive aux arrêts de travail». De son côté, le ministre irlandais de la Santé, James Reilly, dont le pays assure la présidence de l’UE a renchéri : «Nous sommes contre le fait de fumer, pas contre les fumeurs. Nous n'allons pas interdire de fumer dans les voitures, mais on doit éviter de le faire dans un véhicule en présence d'enfants».

Après avoir présenté en décembre des recommandations de lutte contre le tabac, la Commission européenne doit encore faire approuver par le Parlement et par les Etats membres ses propositions de réforme, qui préconisent notamment de couvrir 75% des surfaces des paquets de cigarettes, des deux côtés, avec des avertissements imagés sur les dangers du tabac et d'interdire les arômes forts, type menthol.


Source : legeneraliste.fr