European Respiratory Society

BPCO : le poids des facteurs d’aggravation Abonné

Publié le 14/10/2011
BPCO : le poids des facteurs d’aggravation


©BSIP

La BPCO était à l'honneur à l'ERS cette année, avec près de 190 sessions abordant le sujet. S'éloignant d'une conception simpliste (la maladie des fumeurs vieillissants, évaluée uniquement par la spirométrie), les pneumologues s'intéressent désormais à cette pathologie sous des angles plus variés, notamment, à tout ce qui peu l’aggraver : comorbidités cardiovasculaires, infections, exacerbations...

La prise en charge de la BPCO vise à en réduire les symptômes, mais elle doit aussi prendre en compte tout ce qui peut l’aggraver. Avec tout d’abord, une prise en charge des comorbitités : les maladies cardiovasculaires (MCV), l’ostéoporose, la dépression, la dénutrition... doivent être recherchées chez tout patient BPCO, afin que celui-ci puisse bénéficier d’une prise en charge plurielle. A l’ERS, ce sont surtout les comorbidités cardiovasculaires qui ont fait l’objet des préoccupations des pneumologues, BPCO et cardiopathies formant une association délétère. Comme l'a indiqué le Dr Arschang…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte