Bordeaux : échanges d’"amabilités" entre la ministre des personnes âgées et Alain Juppé

Publié le 13/01/2014

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

La ministre déléguée en charge des Personnes âgées Michèle Delaunay sera en position éligible sur la liste du socialiste aux municipales Vincent Feltesse, son suppléant à l’Assemblée Nationale, a-t-elle annoncé lundi. "Dans tous les cas, je serai conseillère municipale", dans la majorité ou non, a promis Michèle Delaunay, parfois présentée comme la "tombeuse d'Alain Juppé", après lui avoir fait perdre l'élection législative de 2007, un scrutin qu'il n'a pas retenté en 2012. Selon un sondage de l'institut CSA publié en décembre, la liste conduite par Alain Juppé, soutenue par l'UMP, le MoDem et l'UDI, recueillerait 59% des voix dès le premier tour, soit plus du double du nombre de voix allant à la liste PS-EELV sur laquelle figurera donc l’opcologue bordelaise. Après cette annonce, les amabilités ont commencé de fuser entre la ministre et Alain Juppé. La première a taxé de "ringarde" la vision de l'ancien Premier ministre UMP, aux commandes depuis 1995. "Je suis moins politique que lui, je suis venue à la politique, je n'y ai pas fait mes classes", a ajouté Mme Delaunay entrée en politique en tant que conseillère municipale de Bordeaux, de 2001 à 2007, médecin et ex-responsable de l'unité de dermatologie-cancérologie au CHU de Bordeaux. "Je viens du milieu médical, ce qui me donne une certaine distance", a-t-elle ajouté. Réponse de l’ancien premier ministre : "s'il y a bien un adjectif qui ne s'applique pas à Bordeaux, c'est celui de ville ringarde", a-t-il réagi lundi matin lors d'une conférence de presse. La veille, dans un blog, il avait qualifié qualifier Michèle Delaunay de "très aigre et très inutile ministre des Personnes âgées". En juin dernier, Michèle Delaunay avait exprimé son intention de quitter le gouvernement après le vote de la loi Dépendance.


Source : legeneraliste.fr