Bon ou mauvais polypes ?  Abonné

Publié le 23/03/2012

Longtemps considérés comme des lésions bénignes, les polypes hyperplasiques ne bénéficient aujourd’hui d’aucun suivi spécifique après ablation chirurgicale. Cependant, certains d’entre eux pourraient être des précurseurs de cancers colorectaux. Afin d’identifier ces lésions potentiellement à risque, Catherine Seva et Audrey Ferrand (équipe mixte Inserm / Université Toulouse III ) viennent de mettre au point un test prédictif basé sur la présence d’une protéine : la progastrine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte