Éditorial

Bizut  Abonné

Publié le 14/11/2014

Crédit photo : ©PHANIE

Avec le départ de Frédéric Van Roekeghem, c’est toute une époque qui s’achève à la Cnamts. Pourtant, malgré (ou peut-être à cause) d’un héritage qu’on peut considérer comme fructueux, le défi sera diablement compliqué à relever pour son successeur. Ne serait-ce que parce qu’il n’est jamais simple de succéder à un monument. Celui qui était le directeur de cabinet de Philippe Douste-Blazy aura en effet incarné la Sécu pendant dix ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte