Bercy et l’avenue de Ségur se donnent quinze jours pour arriver à un modus vivendi avec les pharmaciens

Publié le 21/09/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Les ministres de l'Economie, Emmanuel Macron, et de la Santé, Marisol Touraine ont reçu vendredi avenue de Ségur les pharmaciens d’officine au ministère de la Santé. A l’issue de cette réunion, les deux ministres ont lancé une concertation avec les pharmaciens au sujet de la réforme des professions réglementées, qui doit durer deux semaines sous forme de groupes de travail tripartites (Bercy, ministère de la Santé et représentants des pharmaciens). L'entourage du ministre de l'Economie a précisé que ces groupes se réuniront "aussi souvent que nécessaire dans les 15 prochains jours, dans le cadre de la concertation pour aboutir à des mesures concrètes" .Au cours de cet entretien, Marisol Touraine est "restée ferme" quant au monopole des pharmaciens sur la vente de médicaments, selon M. Besset, président du principal syndicat de Pharmacciens, la FSPF, cité par l’AFP. La ministre a déjà exprimé à plusieurs reprises son opposition à la fin de ce monopole.

Le projet de réforme prévoit également l'ouverture du capital de toutes les sociétés d'exercice libéral (SEL). Or, plus de 7.000 des 22.000 officines sont sur ce modèle, et la FSPF est opposée à l'ouverture du capital des officines à d'autres personnes que les pharmaciens.

De son côté, l'UNAPL (Union nationale des professions libérales) a renouvelé dans un communiqué son appel à une "journée sans professions libérales" le 30 septembre. Egalement reçue par M. Macron vendredi, elle a regretté dans un communiqué "que malgré les promesses d'écoute et de concertation, le ministre souhaite maintenir sa réforme en l'état".


Source : legeneraliste.fr