Alcoologie

Baclofène, derniers rounds avant l’AMM Abonné

Publié le 24/03/2017
Baclofène, derniers rounds avant l’AMM

.
VOISIN/PHANIE

Résultats définitifs des études Bacloville et Alpadir, assouplissement de la RTU, demande d’AMM imminente…  L’actualité  récente va dans le sens d’un usage plus large du baclofène en alcoologie. Cependant, des questions restent en suspens tant sur les effets indésirables que sur la dose optimale à prescrire. Avec pour ces deux aspects, des variations fortes entre individus qui plaident pour un traitement à la carte des patients.

Très attendus, les résultats définitifs des études Bacloville et Alpadir ont été présentés lors des Journées annuelles de la Société française d’alcoologie (Paris, 15-17 mars 2017). Après plusieurs années de controverse, le baclofène − initialement utilisé pour ses propriétés myorelaxantes – s’affirme désormais comme un outil thérapeutique reconnu pour la réduction des consommations d’alcool. Avec ces nouvelles données, « nous passons de l’ère passionnelle à l’ère rationnelle », s’est félicité le Pr Régis Bordet (Pôle santé publique, pharmacie et pharmacologie du CHRU de Lille)…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte