Bachelot se reconvertit dans la lutte contre l’homophobie

Publié le 11/04/2013

Toujours en pointe dans la lutte pour les droits des homosexuels, l’ex-ministre de la Santé faisait partie du jury de six personnes mis en place par République et Diversité et le Comité Idaho (International day against homophobia and transphobia) pour dresser un baromêtre de la lutte contre l’homophobie. Dans ce classement, Amiens et Paris arrivent en tête, alors que Boulogne-Billancourt et Courbevoie (Hauts-de-Seine) sont les moins actives. Ce classement, le premier du genre, évalue les villes sur leurs politiques internes (ressources humaines, formation) et leurs actions publiques (soutien aux associations, état-civil, prises de position publiques, éducation, prévention sida, action sociale, etc). Les données ont été recueillies à partir des réponses des villes et des associations locales, ainsi que d'enquêtes sur le terrain et sur internet. Lors de la présentation des résultats, le président de République et Diversité, Louis-Georges Tin, qui compte actualiser ce baromètre tous les deux ans, a revendiqué une démarche de «notation citoyenne». Pour sa part, Roselyne Bachelot, a estimé que «ce palmarès doit être un début d'action».


Source : legeneraliste.fr