AZF, le diagnostic des médecins toulousains  Abonné

Publié le 27/02/2009
Ce 21 septembre 2001, ils étaient à leur cabinet. Alors que s’est ouvert lundi le procès, quatre généralistes de la ville rose se souviennent. Souvent tue, sept ans après le drame, l’affaire a réveillé les solidarités et donné le signal du renouveau jusqu’aux infrastructures sanitaires.

Crédit photo : ©VOISIN/PHANIE

Crédit photo : ©DR

Crédit photo : ©CS1

Crédit photo : ©STC/VILLE DE TOULOUSE

« Il y a comme une chape de plomb au-dessus de ce procès », diagnostique le Dr Michel Combier. Un tabou ? « Non. Seulement une forme de consensus qui fait que simplement, on n’en parle pas ». Pour autant, le chef de file de l’Unof, qui a tombé la casquette syndicale pour nous répondre depuis son cabinet toulousain, reconnaît avoir peu de patients directement touchés par l’explosion du site AZF, le 21 septembre 2001. Son cabinet est en effet, assez éloigné du lieu où l’explosion s’est produite.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte