Au seuil de la qualité  Abonné

Publié le 13/02/2009

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

C’est un secret de polichinelle : certains chirurgiens se lancent parfois dans des chirurgies qu’ils maîtrisent mal. Au-delà des anecdotes, les chiffres fournis par l’Institut national du cancer font froid dans le dos. Car c’est de cancer qu’il s’agit. En effet, des seuils minimaux d’activité sont bien exigés des établissements pour pouvoir solliciter l’autorisation de traitement du cancer, mais de l’aveu même du patron de l’INCa, le Pr Maraninchi, « Ces seuils sont extrêmement bas. Ce ne sont pas les seuils optimaux ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte