Arche de Zoé : le généraliste de Castellane entre relaxe et sursis

Publié le 13/12/2012

Les avocats de Philippe Van Winkelberg, un des quatre prévenus présents au procès de l'Arche de Zoé, ont plaidé mercredi la relaxe de leur client, alors que mardi, une peine de un an de prison avec susris a été requise contre le généraliste de Castellane. Selon Me Françoise Davideau, intervenant pour le Dr Van Winkelberg, «un doute demeure» d’ailleurs sur le fait de savoir si les enfants étaient vraiement tchadiens et pas orphelins comme le soutiennent certaines ONG. «Ce n'est pas parce qu'on a été embarqués là-dedans qu'on est en faute», souligne-t-elle. Son confrère Jean-Claude Guidicelli, a estimé que le Dr Van Winkelberg, sur le banc des prévenus, aurait pu tout autant se retrouver sur celui des parties civiles, dénonçant un «procès sacrificiel où l'on essaie tant bien que mal d'attribuer aux uns et aux autres des rôles» et où l'on remet des «satisfecits». Il a fustigé le «bal des faux-culs et des amnésiques» des témoins «qui essaient de nous convaincre qu'au Darfour il n'y avait pas de guerre et que les enfants n'étaient pas en danger». «Tout le monde savait» que cette opération était en cours, notamment l'armée française qui avait fourni un avion Transall pour acheminer les équipes et le matériel sur place, ce qui pouvait accréditer l'idée chez le médecin généraliste qu'elle était «légale et légitime». Philippe Van Winkelber, ainsi que les 5 autres prévenus dans cette affaire, sera fixé sur son sort le 12 février prochain.

D’ici là, le généraliste a un autre rendez-vous avec la justice. Me Guidicelli a rappelé que le Tchad, par l'intermédiaire de l'"Association tchadienne pour le bien-être des enfants", réclame au seul Dr Van Winkelberg 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts. Une somme que le président tchadien Idriss Deby a de nouveau demandée récemment et que l'Etat français n'a pas vocation à régler en cas de condamnation, a rappelé le quai d'Orsay. La cour d'appel d'Aix-en-Provence doit se prononcer sur cette demande le 18 décembre.


Source : legeneraliste.fr