Sondage

Après deux ans avenue de Ségur, Marisol Touraine appréciée par un Français sur deux

Publié le 20/04/2014

Alors même qu’elle n’a pas changé d’attribution, le remaniement semble avoir profité à la ministre des Affaires Sociales et de la Santé. Selon le dernier tableau de bord Paris-Match/IFOP, Marisol Touraine engrange en effet 44% de bonnes opinions (3% excellentes, 41% bonnes) auprès des Français en avril contre 41% le mois précédent. Un petit tiers des Français (32%) a en revanche une opinion négative sur la locataire de l’avenue de Ségur (25% de mauvaises opinions et 7% très mauvaises).

Le match Bertrand-Touraine gagné par le premier

Dans ce classement des personnalités politiques françaises, Marisol Touraine passe pourtant de la 22e place en mars à la 24e en avril. Explication : la plupart de ses collègues du gouvernement ont eu aussi profité du relookage de l’équipe gouvernementale et progressent pour certains davantage qu’elle. Et parallèlement, à droite, le résultat des élections municipales a été bénéfique à plus d’un. Tel son prédécesseur à la Santé, Xavier Bertrand, qui, avec 45% (+6%) de bonnes opinions ce mois-ci lui grille la politesse, passant de la 30e place à la 22e.

Une notoriété à améliorer

Seule ombre au tableau pour Marisol Touraine une insuffisante notoriété. Près d’un quart de nos concitoyens (23%) déclarent en effet ne pas la connaitre assez pour porter un jugement sur elle. Marisol Touraine semble consciente de ce petit handicap, puisqu’elle multiplie les interventions radio et a invité à déjeuner la semaine dernière des journalistes politiques. Pourtant, certains sondages (Ipsos-Le Point, Opinion Way-Metro) continuent de la snober. Reste qu’après deux ans avenue de Ségur, elle a bien progressé sur ce point et surtout sa cote n’a pas pris une ride. A son arrivée en juin 2012, dans le même baromètre, elle était à 35% seulement d’opinions positives et 40% des Français ne la connaissaient pas.

Echantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus interrogée par téléphone du 11 au 12 Avril 2014.

Source : legeneraliste.fr