Cardiologie

Anticoagulants : de nouvelles classes dans les starting-blocks  Abonné

Publié le 16/12/2011
En 2011, le point d’honneur est à accorder au remplacement valvulaire percutané qui fait désormais jeu égal avec la chirurgie à ciel ouvert et devrait bousculer à l’avenir le paysage du remplacement valvulaire. Côté nouveaux anticoagulants, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs et rester prudents dans les indications, comme l’indique le Pr Jacques Blacher (cardiologue, Hôtel-Dieu, Paris). Rappelons que ces molécules n’ont pas encore d’indication dans la prévention de la maladie veineuse thrombo-embolique. Autre préoccupation de l’année : la prévention secondaire, qui est insuffisante et se heurte encore au défi de l’observance.

Crédit photo : ©DR

Le Généraliste. Que penser de toutes les études plutôt positives sur des nouveaux anticoagulants : dabigatran, rivaroxaban, apixaban ? Vont-elles reléguer les AVK aux oubliettes dans un futur proche ?

Pr Jacques Blacher. La nouvelle classe d’anti-Xa et d’antithrombine va faire vieillir la classe des AVK. Les études ont été convaincantes sur le risque thrombotique et hémorragique. Mais, à mon avis, il n’y a pas de raison d’arrêter les AVK chez les patients bien équilibrés et il faudra considérer aussi le prix de ces nouvelles molécules.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte