Annabel Sanselme* : «Nous voulons exercer différemment »  Abonné

Publié le 22/01/2010

Son mode d’exercice ? Elle le voit plutôt en cabinet de groupe ou en maison de santé pluridisciplinaire. « J’aime la médecine de campagne, la relation médecin-patient y est, je trouve, plus épanouissante que dans les grandes agglomérations », explique la jeune femme qui a fait ses premières années d’études de médecine à Clermont-Ferrand. « En milieu rural, poursuit-elle, le médecin généraliste doit apprendre à gérer tout un ensemble de paramètres : « il y est plus difficile d’adresser spontanément, faute de place, les patients aux spécialistes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte