Amnesty dénonce le placement forcé d'un opposant russe en hôpital psychiatrique

Publié le 10/05/2016

Longtemps utilisés comme instrument de répression par l'ex-Union Soviétique, les hôpitaux psychiatriques russes seraient-ils en train de reprendre du service contre des opposants au régime Poutine ? Amnesty International a en tout cas dénoncé mardi le placement forcé en hôpital psychiatrique d'un militant de l'opposition russe à Voronej, dans le sud-ouest de la Russie, une "violation de la loi russe et des normes internationales".

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)