Amiante: Aubry contre-attaque

Publié le 01/11/2012

Martine Aubry a annoncé mercredi qu'elle demanderait l'annulation de sa prochaine mise en examen, plus de 25 ans après les faits, dans une enquête sur les dégâts provoqués par l'amiante, estimant avoir toujours oeuvré à la protection des salariés et de la population. L'ancienne patronne du Parti socialiste, entendue par la police en janvier 2010, est convoquée mardi 6 novembre par la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy qui s'intéresse à l'action des pouvoirs publics face à l'amiante dans les années 1970-80. Elle risque à cette occasion une mise en examen pour homicides involontaires, pour son action à la tête de la Direction des relations du travail (DRT) du ministère du Travail entre 1984 et 1987. Anticipant cette éventualité, elle a riposté mercredi par un communiqué signé de son avocat et des conseils de deux autres hauts-fonctionnaires mis en cause dans cette affaire: Olivier Dutheillet de Lamothe, qui avait succédé à Mme Aubry à la DRT jusqu'en 1995, et Jean-François Girard, qui fut directeur général de la Santé de 1986 à 1997 et a récemment été mis en examen. Des dizaines de hauts fonctionnaires ont à l'instar de Mme Aubry été entendus comme témoins et une dizaine de mises en examen ont été prononcées dans ce volet du tentaculaire dossier de l'amiante, qui concerne notamment le campus de Jussieu. 


Source : legeneraliste.fr