Ve Congrès francophone d’allergologie

Allergie alimentaire : bientôt la fin des évictions ?  Abonné

Publié le 21/05/2010
En cas d’allergie alimentaire, supprimer complètement l’aliment incriminé n’est peut être pas la solution idéale… Mieux vaudrait, semble-t-il, tabler sur un apprivoisement de l’allergène, à l’image des protocoles d’inductions de tolérance déjà expérimentés avec succès par quelques équipes hospitalières.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Jusqu’à aujourd’hui, en dehors de quelques protocoles d’induction de tolérance développés ici ou là – dans des services d’allergologie uniquement – l’éviction totale de l’allergène incriminé reste la règle face à une allergie alimentaire. Mais au prix d’une altération sensible de la qualité de vie familiale (en raison de la traque incessante d’allergènes cachés), d’un risque accru de phobies alimentaires et, surtout, d’une perte de tolérance vis-à-vis de l’aliment concerné avec un abaissement du seuil réactogène.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte