Agressions: sit-in de soutien du personnel hospitalier de Grenoble

Publié le 04/05/2012

Environ 80 membres du personnel de l'hôpital de Grenoble ont fait vendredi un sit-in devant le service des urgences en soutien à leurs collègues violemment agressés dimanche, et afin de demander une amélioration de leurs conditions de travail et de la sécurité. Rassemblés vendredi après-midi à l'entrée des urgences, infirmiers, médecins et aides soignants vêtus de blouses blanches tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "On n'est pas des cibles" ou encore " Stop violence". Une large banderole avait été déployée, où était inscrit "Soigner sans se faire agresser"."Il y en a assez de cette violence. «Nous sommes choqués, mais également en colère suite à ces actes honteux qui visent le monde de la santé. Nous sommes là pour soigner les gens et non pour nous prendre des coups», a déclaré aux médias Anne-France Jallais, infirmière aux urgences.

Dimanche vers 18H00, entre quatre et six personnes ont fait irruption aux urgences de l'hôpital de Grenoble en entrant par une porte interdite au public et agressé à coups de poings et de téléphone sur la tête un médecin dans son bureau. Un aide soignant rejoint par des brancardiers et des vigiles étaient intervenus pour venir en aide au médecin. Trois personnes et le médecin ont fait l'objet d'incapacités temporaires totales (ITT) de travail dont deux d'entre eux supérieures à huit jours. Les agresseurs auraient voulu signifier leur mécontentement quant aux conditions d'hospitalisation d'une proche, selon les témoignages du personnel médical. Un médecin d'une équipe du Smur a par ailleurs reçu un coup de poing au visage mercredi soir dans un camp de Roms situé à proximité du CHU alors qu'une altercation avait éclaté entre les pompiers et les gens du voyage.


Source : legeneraliste.fr