Trois questions au Dr Bernard Bauduceau*

« Adapter les objectifs glycémiques à l’état clinique »  Abonné

Publié le 19/11/2010

Crédit photo : ©DR

Comment gérer l’instauration d’un traitement par incrétine et sulfamide hypoglycémiant ?

Une hypoglycémie peut survenir lors de l’introduction d’une gliptine et surtout d’un analogue du GLP1 chez un diabétique traité par sulfamide. La prudence, dans cette circonstance, est de diminuer la dose de sulfamide en fonction de l’HbA1c antérieure. Chez un malade dont l’HbA1c se situe entre 7,5 et 8 % mieux vaut diviser par deux la dose de sulfamide quitte à majorer secondairement la posologie si les objectifs ne sont pas atteints.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte