5 millions de bébés sont nés par FIV depuis 1978

Publié le 02/07/2012

Depuis la naissance de Louise Brown en 1978, près de cinq millions de bébés sont nés dans le monde grâce aux techniques de fécondation in vitro (FIV) selon les estimations fournies lundi par la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE) lors d’une conférence à Istanbul.

Chaque année, 350 000 bébés sont désormais conçus par fécondation in vitro, soit 0,3% des naissances totales (130 millions).

Le chiffre de 5 millions se base sur les chiffres des fécondations in vitro (FIV) répertoriées à travers le monde jusqu'en 2008 et sur des estimations pour la période janvier 2009-juin 2012, pour lesquelles aucune statistique n'est encore disponible.

Objet d'une vive polémique à ses débuts, la procréation médicale assistée s'est imposée au fil des années comme un traitement efficace pour de nombreux couples infertiles.

« Les techniques se sont grandement améliorées au fil des années avec une hausse des taux de grossesses. Les bébés qui sont nés sont en aussi bonne santé que ceux de parents infertiles qui ont conçu spontanément », a indiqué le Dr David Adamson, président du Comité international pour la surveillance de la PMA (procréation médicalement assistée). Pour le Dr Simon Fishel (Grande-Bretagne), le franchissement du cap des 5 millions de bébés éprouvette « justifie toutes les batailles légales et morales, les débats éthiques et l'approbation par la société, obtenue de haute lutte ».

Selon les chiffres communiqués lors de la conférence d’Istanbul, près d'un 1,5 million de FIV au sens large (incluant la technique de l'ICSI, la micro-injection directe d'un spermatozoïde dans l'ovocyte) sont pratiquées chaque année dans le monde dont un tiers en Europe.

Les efforts pour éviter les grossesses multiples se sont également accrus, principalement en Europe, avec l'implantation de moins d'embryons et même, de plus en plus souvent d'un embryon unique. Le nombre de triplés nés à la suite d'une FIV est du coup tombé à moins de 1% et celui des jumeaux juste en dessous de 20%.


Source : legeneraliste.fr