41 syndicats vent debout contre le projet de loi Touraine

Publié le 18/02/2015

Face à une ministre de la Santé qu’ils jugent atteinte de "surdité", 41 syndicats de professionnels de santé et organisations étudiantes se sont réunis mercredi 18 février en "unité syndicale" après avoir créé le 5 février dernier le "Mouvement Pour la Santé de Tous". C’est le leader du SML, Eric Henry qui est à l’origine de ce front du refus. Dans le débat actuel autour de la loi de santé, cette intersyndicale se campe en irréductible et en jusqu’auboutiste. Elle demande en effet le retrait pur et simple du texte et non sa réécriture.

Côté médecins libéraux, la FMF (parallèlement engagée dans le "Front généraliste"), les chirurgiens du Bloc, les obstétriciens du SYNGOF, un syndicat de psychiatres, celui des anesthésistes libéraux, ainsi que des organisations de MEP (homéopathes, acupuncteurs, allergologues...) proches de la galaxie SML se retrouvent dans cette ligne de conduite et ont donc répondu présents. CSMF et MG France ne l’ont en revnahce pas rejoint. Une abstention que le président du SML explique par leur positionnement en faveur d’une réécriture de la réforme Touraine et pas de sa suppression. Mais Eric Henry ne désespère pas de les voir changer d’avis. Le "Mouvement" est bien représenté chez les dentistes et les kinés, dont les deux principaux syndicats, respectivement le CNSD et la FFMKR, ont rejoint cette dynamique. Même succès chez les infirmiers, avec trois organisations représentées : ONSIL, Convergence Infirmière et FNI. En revanche, pas de sages-femmes ni de pharmaciens.

A la place de la réforme de Marisol Touraine, les signataires proposent "une vraie réforme pour améliorer la santé de nos concitoyens", en activant différents leviers : qualité, continuité et coordination des soins de tous, prévention, et prise en charge du vieillissement et des pathologies chroniques.

Le "Mouvement" appelle au rassemblement de tous les syndicats pour manifester le 15 mars prochain. Il s’apprête également à envoyer une lettre au Premier ministre pour solliciter un entretien.


Source : legeneraliste.fr