Prévention

37 millions de décès prématurés « facilement » évitables selon le Lancet

Publié le 03/05/2014

Crédit photo : CORDELIA MOLLOY/SPL/PHANIE

La prévention n’est pas un vain mot : selon une étude publiée ce jour dans le Lancet, diminuer ou stabiliser l’exposition de la population à « seulement » six facteurs de risque modifiables (tabac, abus d'alcool , consommation de sel , HTA, glycémie et obésité) pourrait empêcher plus de 37 millions de décès prématurés par maladies chroniques en 15 ans.

En 2011, l’ONU avait adopté une déclaration engageant les Etats membres à lutter contre les maladies chroniques avec un objectif global de réduction de 25% de la mortalité prématurée par maladies cardio-vasculaires, maladies respiratoires chroniques, cancers et diabète d'ici à 2025 (objectif « 25 x 25 » ). En parallèle, les états avaient sélectionnés six facteurs de risques modifiables à circonscrire en priorité et fixer pour chacun d’entre eux une valeur cible de réduction (-30% pour le tabac, -10% pour la consommation d'alcool, -30% pour la consommation de sel, -25% pour l’HTA et stabilisation de la prévalence de l'obésité et du diabète).

L’étude du Lancet chiffre pour la première fois de façon globale l’impact que pourrait avoir l’atteinte de ces objectifs sur la mortalité prématurée.

En utilisant les données de mortalité et de prévalence des facteurs de risque de plusieurs pays, les auteurs (M. Ezzati et al. Londres) ont estimé que la réalisation de ces objectifs permettrait de réduire la mortalité par maladie chronique de 22% chez les hommes et 19 % pour les femmes en 2025. Ce qui, à l’échelle mondiale, équivaudrait à retarder ou prévenir au moins 16 millions de décès chez les 30-70 ans et 21 millions chez les plus de 70 ans. Soit au total 37 millions de décès prématurés évitables.

« Nos résultats montrent que l’atteinte de ces objectifs apportera une contribution essentielle en accélérant les tendances à la baisse de la mortalité par maladies cardio-vasculaires et maladies respiratoires chroniques, en diminuant la mortalité par cancer du poumon et de l'estomac et en inversant la tendance à la hausse de la mortalité par diabète » résume le Pr Ezzati.

Apathie politique

« Avec de la volonté politique, la réalisation de l’objectif “25 x 25 ” est donc à portée de main, analyse de son côté le Pr Rifat Atun (Boston) dans un éditorial accompagnant l’article du Lancet. Mais en dépit de preuves solides en faveur d’action de prévention des maladies chroniques, l'apathie politique prévaut ».


Source : legeneraliste.fr