232  Abonné

Publié le 26/03/2010

C’est le nombre d'effets indésirables (EI) consécutifs à l'utilisation des produits cosmétiques déclarés à l'Afssaps. Parmi ces notifications en hausse par rapport à 2008, 35 % ont été considérés comme graves et 53 % comme non graves.

Selon une étude du New England Journal of Medicine, les enfants à l’asthme non contrôlé bénéficient d’une stratégie de renforcement thérapeutique par étapes, les bêta-2 mimétiques à longue durée d’action obtenant la meilleure réponse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte