Santé publique

20 000 nouveaux nés auscultés par l’enquête Elfe

Publié le 02/04/2011
4 000 enfants recrutés dans 344 maternités sur la France entière vont être intégrés ce week-end dans l’étude Elfe. C’est la première phase d’une vaste étude longitudinale portant sur 20 000 individus qui se propose de suivre les enfants de leur naissance jusqu’à l’âge adulte. On en attend une foule de renseignements sur le rôle de l’environnement et de l’éducation quant au développement et la santé des jeunes.

Crédit photo : ©BSIP/MBPL/STEVE SHOTT

C’est parti pour l’étude Elfe ! Ce vendredi 1er avril a marqué le premier jour de la première grande étude sur la santé des enfants. Sur quatre jours du 1er au 4 avril, 4000 nouveaux-nés devraient être inclus dans l’étude, recrutés au sein des 344 maternités tirées au sort sur tout le territoire métropolitain. Trois autres vagues réparties sur l’année 2011 (la seconde étant prévue fin juin-début juillet) complèteront ensuite le recrutement pour arriver à 20 000 enfants.

Elfe est une nouveauté dans l’Hexagone, puisque c’est la première étude de cohorte permettant de suivre sur 20 ans des enfants, de leur naissance au seuil de l’âge adulte. Cette étude soutenue par les ministères de la Santé, de la Recherche et du Développement Durable et copilotée par l’Ined et l’Inserm a pour but d’éclairer sur l’influence de l’environnement au sens large sur la santé des jeunes. Elle devrait notamment permettre d’en savoir plus sur l'exposition des enfants aux polluants chimiques tels que les pesticides et les effets sur leur développement neuro-comportemental et endocrinien. Il s'agira aussi de mesurer les conséquences à long terme de la pollution de l'air intérieur et extérieur sur les enfants et les femmes enceintes. Choix du mode de garde et d’accueil, caractéristique de l’habitat, impact des polluants, facteurs familiaux, économiques et culturels, incidences des activités et notamment du sport et de l’informatique... : de nombreux facteurs seront aussi analysés pour faire le point sur la santé et plus généralement le bien être et le développement des enfants.

Plus de 60 équipes de recherche mobilisées

Elfe est aussi uen étude importante par le nombre de chercheurs mobilisés. 60 équipes et plus de 100 projets de recherche toutes disciplines confondues sont en effet impliquées. Dans le domaine de la santé, des équipes Inserm plancheront notamment sur la croissance physique, le développement psychomoteur , l’activité physique, la nutrition et le cancer, une équipe du CHU de Bordeaux coordonne le volet maladies respiratoires, asthme et allergies, la PMI des Hauts-de-Seine réfléchit aux recours aux soins et à la santé bucco-dentaire, l’InVS aux maladies infectieuses, ...

En pratique, du 1er au 4 avril, l’étude débute en maternité dans les jours qui suivent l’accouchement: entretien avec la maman, recueil de données, questionnaire concernant les habitudes alimentaires pendant la grossesse,etc. Certaines familles se verront aussi proposer un matériel de recueil de poussières afin de mesurer la présence de microorganismes dans le logement. A partir de la deuxième vague en maternité, des échantillons biologiques (urines, lait maternel, sang du cordon) seront également réalisés par l’Etablissement Français du Sang sur environ 10 000 enfants. 6 à 8 semaines après l’accouchement, un entretien téléphonique sera organisé avec la mère, mais aussi -originalité de l’étude- avec le père de l’enfant. Jusqu’à 4 ans les contacts auront lieu une fois paran et par la suite, les entretients seront plus espacés jusqu’à l’âge adulte.

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr