Démographie - Les femmes, des généralistes comme les autres
Dossier professionnel
Démographie

Les femmes, des généralistes comme les autres

Camille Roux
| 01.01.1970

D'ici à 2021, la parité sera atteinte chez les généralistes. Six femmes médecins de famille de différentes générations relatent leur expérience personnelle. Et battent en brèche les clichés selon lesquels la féminisation serait responsable de tous les maux de la profession.

  • Portrait

[Du 5 au 23 août, Le Généraliste republie chaque jour l’un des dossiers qui ont marqué l’année. Celui-ci a été publié le 18/01]

En médecine générale, la femme est l’avenir de l’homme. Selon le dernier atlas de la démographie de l’Ordre, 48,2 % des médecins de famille en activité régulière sont des femmes, soit 9 points de plus qu’en 2010. La parité devrait être atteinte en 2021, selon les projections de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (ministère de la Santé).

Les femmes sont déjà largement majoritaires chez les jeunes médecins. Elles représentent 64 % des généralistes de moins de 40 ans. Mais qu'a changé la féminisation pour la médecine générale ? « Lorsque vous m’avez posé cette question, je me suis dit “mon Dieu, on en est toujours là ?” », plaisante le Dr Catherine Laporte, généraliste à Clermont-Ferrand (63) et présidente du comité scientifique du Congrès de médecine générale.

Effet de génération

Oui, on en est toujours là. Si les femmes ont progressivement investi la médecine générale depuis les années soixante, il n’est pas rare soixante ans plus tard d’entendre encore quelques idées reçues sur leur présence dans les cabinets. Elles travailleraient moins que les hommes, préféreraient le salariat pour s’occuper de leurs enfants et seraient même… les premières responsables de la crise de la démographie médicale ! « Le premier qui me sort ça, je lui rappelle que je fais 50 heures de consultation par semaine et le débat est vite clos », répond fermement le Dr Vanessa Fortané, généraliste à Bury (60) et vice-présidente du syndicat ReAGJIR (jeunes généralistes et remplaçants).

image
Les hommes travaillent aussi beaucoup moins qu'avantimage

Dr Catherine Laporte,
Généraliste à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

La stigmatisation du temps de travail des femmes médecins s’explique plus par un effet de génération que de genre. « Cela fait 10 ans qu’on entend que les femmes travaillent à mi-temps. Or, les hommes travaillent aussi beaucoup moins qu’avant », poursuit le Dr Laporte. La jeune génération de praticiens, hommes comme femmes, aspire en effet à plus de temps personnel. Ces dernières « n’ont plus envie d'être au cabinet jusqu’à 23 heures, les jeunes hommes non plus. Ils ont une compagne qui travaille elle aussi et veulent davantage prendre part à la vie de la famille », analyse le Dr Brigitte Lecot, généraliste retraitée et secrétaire générale de l’Association française des femmes médecins (AFFM).

La vie personnelle n’a pas toujours eu la même place dans la vie des femmes généralistes. Les praticiennes aujourd’hui retraitées ont été témoins de ces changements. « À mon époque, nous avions quelque chose à montrer en tant que femmes et sacrifiions notre qualité de vie personnelle. Nous avions à prouver que nous étions les égales des hommes. Aujourd’hui, cette égalité est acquise », se réjouit le Dr Nicole Bez, membre du comité directeur de MG France, longtemps chargée de missions femmes au sein du syndicat.

Avec le recul, la généraliste lyonnaise à la retraite regrette d'avoir passé trop de temps au cabinet au détriment de ses enfants. « Je travaillais tous les samedis matin et j’ai raté beaucoup de fêtes des écoles », témoigne-t-elle, émue. Le Dr Christine Bertin-Belot, généraliste à Besançon (25) et membre de l’association Femme médecin libéral rattachée au syndicat SML, a aménagé son activité à temps partiel et s’estime privilégiée. « J’ai eu quatre enfants et j’ai organisé mon installation à mi-temps grâce à l'aide de mon mari médecin. Seule, les charges de retraite et d’URSSAF auraient été trop lourdes », constate la généraliste de Besançon.

Défi de la maternité

Lorsque les Dr Bez et Bertin-Belot ont eu des enfants, il n'existait aucune protection maternité. Les femmes médecins libérales ont dû attendre 2006 et la loi Vautrin pour voir leur congé aligné sur celui des salariées. Depuis, l'Avantage supplémentaire maternité (ASM) créé en 2017 permet de couvrir en partie les frais du cabinet durant le repos maternel (les femmes médecins libérales peuvent bénéficier, après la naissance ou l’adoption d’un enfant, d’une indemnité mensuelle pouvant aller jusqu’à 3 100 euros brut pendant trois mois). Malgré cela, faire des enfants quand on est femme médecin peut encore donner lieu à des discriminations. « Même s’il y a des indemnités, prendre un congé maternité en libéral signifie perdre deux mois de chiffre d’affaires. Ça reste difficile à gérer, mais pas seulement pour les médecins, toutes les femmes indépendantes sont concernées », observe le Dr Catherine Laporte.

image
Je ne suis pas sûre d'être la plus maternanteimage

Dr Vanessa Fortané,
Généraliste à Bury (Oise)

Pour sa jeune consœur, le Dr Virginie Desgrez, fraîchement installée à Cruseilles (74), il reste du chemin à faire pour libérer les femmes de cette « charge mentale » liée à la vie de famille. « En proportion, il y a encore plus de femmes que d’hommes qui ont la charge du foyer, des enfants », déplore la généraliste. Heureusement, les mentalités évoluent et les hommes sont de plus en plus nombreux à prendre leurs responsabilités. « Les hommes de ma génération prennent leur congé paternité avec plaisir, c’est acquis », ajoute le Dr Desgrez. Le Dr Vanessa Fortané observe aussi cette évolution positive : « Beaucoup de jeunes hommes ne travaillent pas le mercredi, prennent des vacances et ont décidé de participer à l’éducation de leurs enfants. »

Prise en charge différente ?

Les hommes et femmes de la nouvelle génération semblent donc travailler de façon similaire. Mais les femmes ont-elles pour autant la même approche de la médecine ? Plusieurs études menées dans les années 2010 mettaient en avant une plus grande capacité d’écoute, d’empathie chez les praticiennes. Peu se sont intéressées au sujet depuis, mais les généralistes que nous avons interrogées sont toutes d’accord : le sexe du praticien n’a aucune incidence sur la façon de pratiquer la médecine générale aujourd’hui. « Je suis en train de lire Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Je ne pense pas que ma féminité amène quelque chose de plus », analyse le Dr Laporte. Même son de cloche chez le Dr Fortané : « Je ne suis pas sûre d’être la plus maternante du monde et je suis plutôt du genre rentre-dedans. C’est plus une histoire de personnalité », ajoute-t-elle.

En consultation, les patientes abordent par contre plus facilement certains sujets avec une femme médecin. « Je fais beaucoup de suivi gynéco et pédiatrique. Je pense que les femmes me parlent plus facilement de ce type de problèmes », confie le Dr Fortané. « Sur ces sujets-là, il est vrai que le contact se fait assez bien car on vit la même chose : la contraception, les dépistages, la grossesse. Les patientes s’identifient à nous, mais on ne peut pas dire qu’un homme le ferait moins bien », complète le Dr Brigitte Lecot de l’AFFM.

Moins de comportements sexistes

La médecine générale se conjugue donc aussi bien au féminin qu'au masculin. Au sein de la profession, les comportements sexistes, pointés du doigt par le récent mouvement #Metoo, semblent toutefois à la marge. Lors de son discours d'ouverture au Congrès de médecine générale (CMGF) 2018, le Dr Catherine Laporte avait d’ailleurs fait remarquer avec humour combien il lui était désagréable d'être parfois interpellée par des « ma belle » ou « ma grande ». Outre ces sorties déplacées, le poids des discriminations ne semble pas peser sur les consœurs que nous avons interrogées. « Je ne pense pas avoir déjà été discriminée à cause de mon sexe », confirme le Dr Desgrez. Les femmes restent toutefois minoritaires dans les instances représentatives.
 

 

image
Je ne pense pas avoir déjà été discriminéeimage

Dr Virginie Desgrez,
Généraliste à Cruseilles (Haute-Savoie)

« L’évolution a été considérable », ajoute le Dr Bez. Elle se rappelle avoir déserté l’un de ses premiers stages d’internat à l’hôpital pour protester, avec deux consœurs, sur la façon dont elles étaient traitées dans le service. « On nous disait ouvertement qu’on prenait la place des hommes », témoigne-t-elle. Ce temps-là semble révolu. « L’avantage de la médecine générale libérale est que contrairement à d’autres domaines, il n’y a pas de discrimination à l’embauche pour les femmes. Je gagne exactement ce que gagnerait un homme en volume horaire », ajoute le Dr Laporte. Et de conclure : « Je n’ai pas de difficultés à être une femme généraliste en France aujourd’hui, simplement à être généraliste. »

 

les autres dossiers professionnels

add
Dossier professionnel

CérémonieGrands prix du Généraliste : des lauréats dans l’air du temps

Grands Prix

Une appli pour aider les professionnels à se coordonner, un réseau de prise en charge des ados en souffrance psy, une maison de santé pour... Commenter

Dossier professionnel

TélémédecineTéléconsultations : la HAS publie ses premières recos

teleconsultation

Comment réaliser une consultation ou la demande d’avis d’expert à distance tout en préservant la qualité et la sécurité des soins ? La... 3

Dossier professionnel

Santé des médecinsBurn-out et suicide : la veuve d’un généraliste témoigne « pour que ça ne recommence pas »

BO

Cinq ans après le suicide de son époux, médecin de famille dans les Pays de la Loire, Marie L. s’est confiée au Généraliste. En acceptant... 6

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Femme enceinte

Good Morning Doctor [Audio] La patiente enceinte en anglais

Il existe, dans la prise en charge de la patiente enceinte (pregnant), des différences culturelles importantes entre la France et les pays anglo-saxons. Par exemple, la patiente anglo-saxonne doit...Commenter

Les portraits de l'été Première interne à avoir choisi la MG en 2018, Délia Bonis, médecin de famille par vocation

Bonis

Certains se découvrent une vocation sur le tard. Pour Délia Bonis, interne à Toulouse, et lauréate du prix spécial du Jeune généraliste... 7

Les portraits de l'été Qui est le Dr Mus, l'interne en "med-gé" aux 40 000 abonnés sur YouTube ?

Dr Mus

Avec ses lunettes noires d’intello vissées sur le nez et sa gueule d’interne pas tout à fait sorti de l’adolescence, le YouTubeur « Dr Mus... Commenter

Oganisation des soins TRAVAILLER BEAUCOUP ET TARD NUIT AU DÉPISTAGE Abonné

dépistage oc sensor

Il existe un lien entre l'horaire de consultation et la prescription des dépistages. Cet article du Jama démontre que les consultations... Commenter

Infectiologie SANTÉ DES VOYAGEURS 2019 Abonné

Vue d'avion

Comme chaque année, le BEH met à jour ses préconisations sur la santé des voyageurs. Vaccins classiques et spécifiques, chimioprophylaxie... Commenter

A découvrir