Prescription - Le sport sur ordonnance ne décolle pas
Dossier professionnel
Prescription

Le sport sur ordonnance ne décolle pas

Camille Roux
| 08.06.2018

Depuis mars 2017, les généralistes peuvent prescrire de l’activité physique adaptée à leurs patients en affection longue durée (ALD). Les bénéfices du sport sur ces maladies chroniques sont reconnus. Pour autant, un an après son lancement, le sport sur ordonnance est en panne. Le manque de financement, le flou sur l’offre de sport adapté dans les territoires et l’insuffisante formation des médecins expliquent ce retard.

  • Photo lead (1re possibilité)

À la manière d’un coureur cycliste en pleine fringale à quelques encablures du sommet du Mont Ventoux, la prescription de sport sur ordonnance fait du sur-place. Inscrit dans la loi santé 2016, né officiellement avec la parution d’un décret d’application en mars 2017, le dispositif se heurte à plusieurs obstacles. Certes, le cadre réglementaire a permis la promotion du sport-santé et de multiplier les initiatives locales, comme à Strasbourg, Grenoble ou encore Biarritz. « On...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Généraliste
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Généraliste
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

les autres dossiers professionnels

add
Dossier professionnel

DémographieLes femmes, des généralistes comme les autres

Portrait

D'ici à 2021, la parité sera atteinte chez les généralistes. Six femmes médecins de famille de différentes générations relatent leur... 3

Dossier professionnel

Sécurité des soinsErreurs médicamenteuses : l’erreur de ne pas en parler !

Pilulier

Dans une patientèle, chaque semaine, au moins une personne serait victime d’une erreur médicamenteuse. Très souvent, les médecins restent... 5

Dossier professionnel

Gestion du cabinetPaperasse, un poids qu’on peut alléger Abonné

Paperasse

Malgré les nouveaux services numériques et de télésecrétariat, les médecins demeurent submergés par la paperasse. Une récente étude a... Commenter

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Publicité

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la porte à cette possibilité, invoquant la jurisprudence...5

Plaidoyer pour le dosage des transaminases en routine

Dosage transaminases

« Alors que les généralistes n’hésitent pas à prescrire des glycémies, des créatininémies et des cholestérolémies dans le cadre de bilans de... 2

ECNi blanches, des premiers bugs avant le test national

Loading

Alors que les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souhaitaient cette année faire l’impasse sur les épreuves classantes... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... Commenter

A découvrir