Résultats de notre enquête en ligne - Recertification : avis défavorable
Dossier professionnel
Résultats de notre enquête en ligne

Recertification : avis défavorable

30.03.2018

La recertification n'est pas la tasse de thé des généralistes. Selon l'enquête exclusive menée sur legeneraliste.fr et à laquelle ont répondu 664 médecins, la profession rejette majoritairement la future mise à jour des compétences qu'elle redoute. Elle ne veut pas le financer et n'en perçoit pas l'intérêt. Les généralistes réclament un pilotage du dispositif par la profession et veulent à tout prix éviter un système sanctionnant.

  • Formation

La recertification n'a pas la cote ! Beaucoup d'incertitudes entourent la future obligation, sa périodicité et ce qu'elle va recouvrir. Qui doit la piloter et comment la financer ? Une chose est sûre, les médecins généralistes ne sont absolument pas demandeurs de la recertification. 53 % des 664 omnipraticiens qui ont répondu à notre enquête en ligne* sont opposés à cette nouvelle obligation, qu'Agnès Buzyn a érigé en priorité. Et ce avant même de savoir en quoi consistera cette...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

les autres dossiers professionnels

add
Dossier professionnel

Violences conjugalesUne journée à la Maison des femmes de Saint-Denis Abonné

Maison Femmes

En France, toutes les heures, 25 femmes sont victimes de violences infligées par leur conjoint. 121 d'entre elles sont mortes sous les... Commenter

Dossier professionnel

DémographieRecherche généraliste désespérément : des maires prêts à tout Abonné

tapis

La santé jouera un rôle majeur dans la campagne des élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Dans un contexte marqué par la... 1

Dossier professionnel

UniversitéComment les premiers profs de médecine générale se sont imposés

prof

Septembre 2009, cinq ans après la création d’un DES spécifique, deux ans après la prise de fonction des 16 premiers chefs de clinique, la... 3

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bercy

Bercy suggère « d'adapter » la liberté d'installation des médecins en zone surdotée

La désertification médicale n'inquiète pas seulement les autorités de santé et la population. Elle préoccupe aussi le ministère de l'Économie et des Finances. Au point que la Direction générale du...11

Homéopathie : rejet de deux plaintes pour anticonfraternité, « la liberté d'expression » invoquée

Granules

À chaque audience sa décision. Alors que les chambres disciplinaires de première instance (CDPI) des conseils de l'Ordre de Champagne-Ardenn... 1

En France, la mortalité néonatale reste élevée, sans que l’on sache pourquoi, alerte le Collège des gynécos

réanimation enfant

La mortalité néonatale (entre 0 et 28 jours) est plus élevée en France que dans la plupart des pays européens. « Ce taux de 2,4/ 1000... 1

LE CNGE S’EN PREND À L’ALCOOL Abonné

Verre de vin

Après son avis de juin dernier sur le repérage nécessaire des usages d’alcool à risque, le conseil scientifique du CNGE poursuit cet... Commenter

Pédiatrie ÉVALUER ET TRAITER LA DOULEUR DE L'ENFANT Abonné

Echelle douleur

En 20 ans, la reconnaissance et la prise en charge de la douleur l’enfant ont fait des progrès considérables. L’arsenal thérapeutique... Commenter

A découvrir