C = Cs ou C à 23 ? Les grandes manoeuvres
Dossier professionnel

C = Cs ou C à 23 ? Les grandes manoeuvres

26.02.2010

Selon notre sondage exclusif, 51% des médecins généralistes sont prêts, faute de revalorisation conventionnelle avant cet été, à tarifer leur consultation 23 euros. Dans le même temps, une proportion croissante des 25 000 médecins généralistes qui ont obtenu leur qualification de spécialistes de médecine générale commencent à appliquer le mot d’ordre de cotation CS de quatre syndicats… En attendant les conclusions du règlement arbitral attendues à la mi-avril, le mois de mars s’apprête à cristalliser le mécontentement la profession. Tour d’horizon des actions prévues et récit des confrères engagées dans la cotation CS.

  • C = Cs ou C à 23 ? Les grandes manoeuvres - 1

Un généraliste sur deux (51%) se déclare aujourd’hui prêt à suivre une consigne de consultation tarifée à 23 euros si aucune revalorisation n’est décidée d’ici l’été. Tel est le résultat de notre sondage exclusif Sthetos. Qui, de manière amusante, renforce le sentiment dégagé par vos réponses à notre « question flash » sur le même thème, publiées sur le site du Généraliste (voir encadré) la semaine dernière.

A noter que la réponse par l’affirmative sur le C à 23, concerne presque...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Généraliste
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Généraliste
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

les autres dossiers professionnels

add
Dossier professionnel

Entretien avec Nicolas Revel, DG de la CNAM« Le DMP ne fonctionnera vraiment bien que si professionnels et patients jouent le jeu »

Revel

Le directeur de l'Assurance maladie a annoncé mardi la relance du Dossier médical partagé (DMP) dans toute la France, deux ans après en... 13

Dossier professionnel

Mille CPTS d’ici à 2022 ?Les généralistes face au défi de l’exercice coordonné Abonné

Communauté pro

Les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) seront-elles la clef pour améliorer l’accès aux soins ? Le gouvernement veut... Commenter

Dossier professionnel

Burn-out des généralistesUne réalité, pas une fatalité Abonné

femme medecin

Près de 2 000 généralistes libéraux ont répondu à l’étude BOUM du Dr Julia Eismann sur le burn-out. Les résultats de ce travail d’une... Commenter

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Jean-Paul Hamon et Nicolas Revel

DMP : « On n'est pas prêts », affirme le Dr Hamon (FMF), Nicolas Revel réfute  

Le DMP, c’est pas gagné ! Pour le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), le dossier médical partagé (DMP) n’est pas encore au point. « On en est toujours au...13

La recertification devra être « facile à réaliser » mais pas « un arrangement entre médecins », clame le Pr Uzan

Serge Uzan

Une semaine après avoir remis un rapport aux ministres de la Santé et de l'Enseignement supérieur sur la recertification des médecins, le... 5

A Saint-Brieuc, des généralistes se rebellent contre les « intimidations » de leur CPAM

.

La grogne monte du côté des généralistes de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Après avoir dénoncé le mois dernier le nombre croissant de... 6

Gastro-entérologie LE REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN Abonné

Oesophage de Barrett

Le reflux gastro-œsophagien est une pathologie fréquente, dont le diagnostic est le plus souvent clinique. Certaines situations imposent... Commenter

Rhumatologie L'ARTHRITE SEPTIQUE Abonné

Urgences

L’arthrite aiguë infectieuse à pyogènes est une urgence absolue. La mise en culture du liquide articulaire est incontournable.... Commenter

A découvrir