Neuro-vasculaire - AVC : pas assez de malades au bon endroit
Dossier médical
Neuro-vasculaire

AVC : pas assez de malades au bon endroit

21.10.2016

Grâce à une meilleure prise en charge, le pronostic des accidents vasculaires cérébraux s'est amélioré. Les Unités Neuro-Vasculaires ont quasiment atteint leur objectif de maillage du territoire. À l’instar de la prise en charge de l'infarctus du myocarde il y a 15 ans, des progrès restent à accomplir public à la phase aiguë notamment, d’information du public à l’appel au 15, ainsi que celle des médecins pour que toute AVC puisse bénéficier d’une thrombolyse dans les unités spécialisées dans les 4 premières heures. La période de réadaptation reste la grande oubliée.

  • Ouverture

La prise en charge des accidents vasculaires cérébraux a connu un véritable bouleversement au cours des 20 dernières années, avec la mise en place des unités neuro-vasculaires (UNV) et le développement des techniques de revascularisation. Ces évolutions ont-elles eu les résultats escomptés ? En partie, car le bénéfice en termes de survie est très net, comme en témoigne le registre dijonnais des AVC, mis en place en 1985. Y sont enregistrés tous les cas (hors AIT) observés dans la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Généraliste
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Généraliste
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

les autres dossiers médicaux

add
Dossier médical

Journée mondialeBPCO, l’enjeu du diagnostic précoce Abonné

BPCO adulte

En France, 65 à 75 % des malades atteints de BPCO ne seraient pas diagnostiqués. Si les freins expliquant cette situation critique sont... Commenter

Dossier médical

OphtalmologieDes pistes pour restaurer la vision Abonné

Oeil

En 2001, le chien Lancelot grimpait avec enthousiasme les marches du Capitole, pour promouvoir les recherches sur la thérapie génique... Commenter

Dossier médical

Dépistage du cancer colorectalLe « tout généraliste » en question ? Abonné

Depistage

À l’occasion de “mars bleu”, la mobilisation autour du dépistage du cancer colorectal est relancée. Avec un taux de participation qui stagne... Commenter

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 3

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... 3

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir