HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire
Dossier médical

HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire

27.03.2009

Au contraire du risque micro-angiopathique du diabétique de type 2, les études qui chiffrent l’intensification du contrôle glycémique sur le pronostic cardiovasculaire se font très discrètes. Jusqu'où faut-il baisser l'HbA1c, pour quels bénéfices macro-angiopathiques… l'ALFEDIAM 2009 (Association de langue française pour l’étude du diabète et des maladies métaboliques, Strasbourg, 17-20 mars) a plongé les experts dans la littérature.

  • HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire - 1
  • HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire - 2
  • HbA1c et réalité du risque cardiovasculaire - 3

ALFEDIAM 2009

Chez le diabétique non insulinodépendant (DT2), un contrôle suffisamment strict de la glycémie permet de prévenir ou inverser les anomalies de la microcirculation. Le taux d'HbA1c est classiquement accepté comme critère de substitution avec, pour un point en plus ou en moins d'HbA1c, 30 % en plus ou en moins de rétinopathies, néphropathies et neuropathies. Mais la macroangiopathie, de mécanisme autrement plus complexe, multifactorielle, débute pour des glycémies très...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Généraliste
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Généraliste
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

les autres dossiers médicaux

add
Dossier médical

Journée mondialeBPCO, l’enjeu du diagnostic précoce Abonné

BPCO adulte

En France, 65 à 75 % des malades atteints de BPCO ne seraient pas diagnostiqués. Si les freins expliquant cette situation critique sont... Commenter

Dossier médical

OphtalmologieDes pistes pour restaurer la vision Abonné

Oeil

En 2001, le chien Lancelot grimpait avec enthousiasme les marches du Capitole, pour promouvoir les recherches sur la thérapie génique... Commenter

Dossier médical

Dépistage du cancer colorectalLe « tout généraliste » en question ? Abonné

Depistage

À l’occasion de “mars bleu”, la mobilisation autour du dépistage du cancer colorectal est relancée. Avec un taux de participation qui stagne... Commenter

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Publicité

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la porte à cette possibilité, invoquant la jurisprudence...6

Plaidoyer pour le dosage des transaminases en routine

Dosage transaminases

« Alors que les généralistes n’hésitent pas à prescrire des glycémies, des créatininémies et des cholestérolémies dans le cadre de bilans de... 2

ECNi blanches, des premiers bugs avant le test national

Loading

Alors que les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souhaitaient cette année faire l’impasse sur les épreuves classantes... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 1

A découvrir