Cancer : taux de survie en progression en Europe
Brève

Cancer : taux de survie en progression en Europe

05.12.2013

Comme aux Etats-Unis, les taux de survie des malades du cancer continuent à s'améliorer en Europe, selon les résultats d'une étude Eurocare-5 qui a comparé les taux de survie à cinq ans de 9 millions d'adultes et de plus de 60.000 enfants atteints d'un cancer entre 2000 et 2007 dans 29 pays européens au total. Un tiers des cancers observés avait un taux de survie à 5 ans de plus de 80% en 2007, en tête desquels les tumeurs des testicules (88%), des lèvres (88%), de la thyroïde (86%) et de la prostate (83%), alors que le taux de survie à 5 ans était inférieur à 25% pour les cancers du pancréas, de la plèvre, du foie, de l'oesophage, des poumons et du cerveau.

Tous les pays ont enregistré une amélioration entre 2003 et 2007, certains comme les pays nordiques, l'Autriche, la Belgique, la France, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, le Portugal et l'Espagne, tirant nettement leur épingle du jeu, selon l'étude publiée dans la revue médicale britannique Lancet Oncology. D'autres comme la Bulgarie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne et la Slovaquie restent à la traîne, avec des résultats sensiblement en dessous de la moyenne européenne pour certains cancers de bon pronostic : colon (47% de taux de survie contre 57% en moyenne en Europe), rectum (45% contre 56%) ou lymphomes (50% contre 59%). La situation s'est en revanche améliorée dans ces pays pour le cancer du sein, avec un taux de survie à 5 ans qui est passé de 70 à 75% entre 1999 et 2007.

Les auteurs de l'étude relèvent que les performances très moyennes du Royaume-Uni et du Danemark s'expliquent principalement par des diagnostics trop tardifs, alors que les pays d'Europe orientale souffrent surtout d'un manque de financements publics, de programmes de dépistages inadéquats et de protocoles de traitements dépassés.

La situation s'est également globalement améliorée en Europe pour les enfants atteints d'un cancer, avec un taux de survie à 5 ans allant de 80% à 70% selon les pays en 2007. Les progrès les plus spectaculaires ont été réalisés dans le traitement de la leucémie et certains lymphomes, selon le Dr Gemma Gatta, de l'Institut des tumeurs de Milan, qui a co-dirigé l'étude. "Aucune amélioration de la survie" n'a en revanche été observée, selon lui, dans d'autres cancers pédiatriques tels que le neuroblastome ou encore l'ostéosarcome.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir