Coronavirus : la chauve souris plus que jamais suspectée
Brève

Coronavirus : la chauve souris plus que jamais suspectée

01.11.2013

De nouveaux coronavirus, proches du virus responsable de la pneumonie atypique (Sras) qui a fait près de 800 morts dans le monde en 2003, viennent d'être identifiés chez des chauves-souris chinoises par des chercheurs. Ces résultats apportent la plus solide preuve à ce jour que le virus du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) à l'origine de la première pandémie du 21e siècle, pourrait provenir de chauves-souris sauvages, selon la revue scientifique Nature où sont parus mercredi les résultats de ces travaux. Surtout les chercheurs ont isolé un virus semblable au virus du Sras (Sras-CoV) capable, comme ce dernier, d'infecter directement l'Homme en utilisant un récepteur des cellules humaines, appelé "ACE2" (ou ECA2, enzyme de conversion de l'angiotensine). Ce qui suggère que les coronavirus peuvent passer directement des chauves-souris aux hommes, sans nécessairement avoir besoin de passer, comme on le pensait auparavant, par une espèce intermédiaire comme la civette. Cette observation, comme l'actuelle épidémie de syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle East Respiratory Syndrome, MERS) due à un virus de la même famille (Mers-CoV), souligne l'importance d'une surveillance continue de ce type de virus, au cas où l'un d'eux, potentiellement dangereux pour la santé humaine et animale émergerait, d'après les chercheurs.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisiens ont partagé leur expérience de la téléconsultation et...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 6

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir