L’Unof au secours des généralistes intervenant en EHPAD
Brève

L’Unof au secours des généralistes intervenant en EHPAD

25.10.2013

Ce n’est pas la première fois que la CSMF alerte sur le fait que certains EHPAD rechignent à payer aux généralistes la majoration forfaitaire de 5 euros pour les consultations des personnes âgées de 85 ans et plus, mise en place lors des revalos de juillet. Le syndicat lance un ultimatum à la Sécu et aux EHPAD « afin qu’ils remédient au plus vite à ces dysfonctionnements ». En attendant, sa branche généraliste, l’Unof, a mis en place une « cellule d’entraide afin d’épauler les généralistes qui auraient des difficultés à se faire payer et se réserve la possibilité de déclencher une action au cas où ce problème ne serait pas rapidement ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...2

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir