L’urgentiste de Bayonne sera traduit devant les assises
Brève

L’urgentiste de Bayonne sera traduit devant les assises

16.10.2013

Finalement, l'urgentiste Nicolas Bonnemaison a été renvoyé devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques pour l'empoisonnement de sept patients en fin de vie. Le médecin âgé de 53 ans, en poste à Bayonne, avait été mis en examen en août 2011 pour avoir abrégé la vie de patients âgés, par injections létales. Il a bénéficié de non-lieux pour deux cas. En août, le parquet de Bayonne avait requis son renvoi pour huit cas. Au cours de l'instruction, le Dr Bonnemaison, qui n'a jamais nié les faits, a de son côté expliqué avoir agi "avec pleine conscience de la gravité des actes", motivés selon lui uniquement par la volonté d'éviter des souffrances extrêmes à ces patients et de respecter leur dignité. Nicolas Bonnemaison a par ailleurs été radié en janvier de l'Ordre des médecins par les instances régionales du Conseil de l'Ordre des médecins, une décision ayant fait l'objet d'un appel par le comité départemental de l'Ordre, qui au contraire le soutenait.

L’annonce de son renvoi devant les assises intervient à la veille du démarrage des états généraux sur al fin de vie organisés par le Comité d’Ethique. Dans un communiqué publié mercredi, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) relance le débat sur la légalisation de l’euthanasie. «L’affaire Nicolas Bonnemaison est l’illustration de l’inadaptation de notre loi, la fameuse loi Leonetti du 22 avril 2005, qui entretient chacun, patient, famille et soignants, dans l’incertitude la plus totale. Les médecins ne savent pas où se situe la barrière entre soulagement de la douleur et aide active à mourir », souligne l’association, qui estime que «en France, selon l’INED, 0,8% des décès (571 000 en 2012) interviennent chaque année à la suite de l’administration d’un produit létal. Soit 4568 morts chaque année, d’une manière illégale et opaque. Sans que la justice n’en dise jamais rien et sans que les parlementaires ne s’en émeuvent. Nicolas Bonnemaison n’est poursuivi que pour 7 cas parmi ces 4568.»

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ordonnance

1 476 comprimés d'anxiolytiques délivrés en 15 jours : un généraliste dénonce les failles des ordonnances sécurisées

Pour le Dr André Linka, généraliste à Istres, c’est l’ineptie de trop. Le médecin a envoyé en juin une lettre ouverte à Agnès Buzyn, au patron de l'Assurance-maladie Nicolas Revel, à l'Ordre des...8

Encéphalite à tiques : rupture de stock des vaccins pour enfants

encéphalite à tiques

L'unique vaccin pour prévenir les encéphalites à tiques chez l'enfant, recommandé pour certains voyages, est en rupture de stock jusqu'à... Commenter

Grippe : une couverture vaccinale d'environ 20% chez le personnel en Ehpad

Ehpad

En 2010, la mise en place d'un dispositif de surveillance spécifique de la grippe dans des établissements d'hébergement pour personnes... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir