Le cancer coûterait 126 milliards d’euros par an dans l’UE
Brève

Le cancer coûterait 126 milliards d’euros par an dans l’UE

14.10.2013

Une étude britannique a pour la première fois tenté de chiffrer le coût global du cancer pour le vieux continent, évaluation incluant le poids économique des dépenses de santé, mais aussi les coûts liés aux absences, aux invalidités et au temps consacré par les proches. L’estimation des chercheurs de l'Université d'Oxford a porté sur 2009, année la plus récente où des chiffres complets étaient disponibles, et s'est appuyée sur 150 sources différentes. Elle place à 126 milliards d'euros le coût global du cancer pour l'Europe des 27, dont seulement 51 milliards pour les coûts de santé au sens strict.

Les dépenses de soin pour le cancer dans l'UE, évaluées à 51 milliards d'euros, représentent 4% des dépense totales de santé dans l'Europe des 27. Sur ce total les dépenses hospitalières sont les plus lourdes (28,4 milliards d'euros) devant le coût des médicaments (13,6 milliards). Si l'UE dépense en moyenne l'équivalent de 102 euros par citoyen pour ses dépenses de santé sur le cancer, les disparités sont fortes d'un pays à l'autre avec 52 euros par personne en Roumanie, 97 euros en France et 171 en Allemagne.

"60% du fardeau économique concerne des dépenses hors santé, avec presque 43 milliards d'euros de pertes en productivité attribuées aux décès prématurés" selon l'article. L'étude a ainsi évalué à 9,43 milliards d'euros les 83 millions de journées de travail perdues dans l'UE en raison de congés maladie ou d'incapacités au travail entraînés par les cancers. Elle comptabilise également quelque 3 milliards d'heures de "soin" aux malades, prodigués par les amis et les familles avec une évaluation globale pour ce temps consacré par les proches à 23,2 milliards d'euros.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir