Le contrat d’accès aux soins démarre avec 8 611 médecins, dont 2 000 généralistes
Brève

Le contrat d’accès aux soins démarre avec 8 611 médecins, dont 2 000 généralistes

03.10.2013

8 611 ! Le dernier décompte des médecins, pour la plupart secteur 2, qui ont choisi le contrat d’accès aux soins (CAS) dépasse désormais la barre des 8200, soit le tiers des 24 600 praticiens éligibles à cette nouvelle option à dépassements modérés. «Les conditions sont donc réunies pour que le contrat puisse entrer en vigueur de manière effective dans les plus brefs délais», a indiqué l'assurance maladie. Après une fronde d'une partie des médecins opposés à l'accord et quelques retards administratifs de la part de l'assurance maladie, la collecte des signatures s'est accélérée depuis fin mai. Le rythme est actuellement de «120 à 150 nouveaux contrats par jour», selon l'assurance maladie.

Les spécialistes de la CSMF, qui soutiennent depuis le début le dispositif, exultent. Même si l’UMESPE prévient déjà les heureux élus que «comme d’habitude», la mise en place d’un outil informatique «peut prendre quelques semaines». Près d’un an après la signature de l’avenant numéro 8 de la convention, avec plus de trois mois de retard sur la première échéance du 1er juillet et quelques semaines de décallage par rapport à la seconde dead line du 1er octobre, le nouveau dispositif va donc pouvoir démarrer. L’UMESPE, désormais seul supporter du CAS, continue néanmoins de mobiliser. Et de rappeler les assurances complémentaires «à s’engager résolument dans la prise en charge des compléments d’honoraires et à honorer, ainsi, leur signature dans le cadre de l’avenant n°8.» Un engagement que l’UMESPE de Jean-François Rey juge «particulièrement important pour les médecins spécialistes exerçant sur les plateaux techniques» et qui devrait, selon lui «les convaincre de rejoindre tous ceux qui nous ont fait confiance malgré des désinformations irresponsables...» Une allusion aux critiques du SML et du Bloc.

Rappelons que sont éligibles au nouveau secteur, non seulement les médecins secteur 2 de toutes disciplines, mais aussi les médecins secteur 1, anciens chefs de clinique ou assistants des hôpitaux. Environ 30% des nouveaux adhérents seraient des médecins généralistes, soit un peu plus de 2000 praticiens. Et, si plus de 50% des néphrologues, radiologues, neurologues et pneumologues ont signé le CAS, un peu plus de 20% seulement des spécialistes de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, gynécologues obstétriciens), et des ORL l'ont fait jusqu'à présent.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...6

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 2

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir