Le contrat d’accès aux soins démarre avec 8 611 médecins, dont 2 000 généralistes
Brève

Le contrat d’accès aux soins démarre avec 8 611 médecins, dont 2 000 généralistes

03.10.2013

8 611 ! Le dernier décompte des médecins, pour la plupart secteur 2, qui ont choisi le contrat d’accès aux soins (CAS) dépasse désormais la barre des 8200, soit le tiers des 24 600 praticiens éligibles à cette nouvelle option à dépassements modérés. «Les conditions sont donc réunies pour que le contrat puisse entrer en vigueur de manière effective dans les plus brefs délais», a indiqué l'assurance maladie. Après une fronde d'une partie des médecins opposés à l'accord et quelques retards administratifs de la part de l'assurance maladie, la collecte des signatures s'est accélérée depuis fin mai. Le rythme est actuellement de «120 à 150 nouveaux contrats par jour», selon l'assurance maladie.

Les spécialistes de la CSMF, qui soutiennent depuis le début le dispositif, exultent. Même si l’UMESPE prévient déjà les heureux élus que «comme d’habitude», la mise en place d’un outil informatique «peut prendre quelques semaines». Près d’un an après la signature de l’avenant numéro 8 de la convention, avec plus de trois mois de retard sur la première échéance du 1er juillet et quelques semaines de décallage par rapport à la seconde dead line du 1er octobre, le nouveau dispositif va donc pouvoir démarrer. L’UMESPE, désormais seul supporter du CAS, continue néanmoins de mobiliser. Et de rappeler les assurances complémentaires «à s’engager résolument dans la prise en charge des compléments d’honoraires et à honorer, ainsi, leur signature dans le cadre de l’avenant n°8.» Un engagement que l’UMESPE de Jean-François Rey juge «particulièrement important pour les médecins spécialistes exerçant sur les plateaux techniques» et qui devrait, selon lui «les convaincre de rejoindre tous ceux qui nous ont fait confiance malgré des désinformations irresponsables...» Une allusion aux critiques du SML et du Bloc.

Rappelons que sont éligibles au nouveau secteur, non seulement les médecins secteur 2 de toutes disciplines, mais aussi les médecins secteur 1, anciens chefs de clinique ou assistants des hôpitaux. Environ 30% des nouveaux adhérents seraient des médecins généralistes, soit un peu plus de 2000 praticiens. Et, si plus de 50% des néphrologues, radiologues, neurologues et pneumologues ont signé le CAS, un peu plus de 20% seulement des spécialistes de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, gynécologues obstétriciens), et des ORL l'ont fait jusqu'à présent.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... Commenter

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir