La mortalité infantile a été divisée par deux depuis 1990
Brève

La mortalité infantile a été divisée par deux depuis 1990

13.09.2013

Même s’ils sont encore 18 000 à mourir chaque jour, la mortalité des moins de cinq ans a été divisée par deux depuis 1990, selon un rapport de l'ONU publié ce vendredi. En effet, entre 1990 et 2012, le nombre de décès infantiles est passé de 12,6 à 6,6 millions dans le monde, soit une baisse de 47,8 %, selon cette étude qui a été menée avec la collaboration de l'Unicef, de l’OMS et de la Banque mondiale. Une tendance qui témoigne de « progrès substantiels ». Selon le document, la mortalité infantile sera réduite de deux tiers d'ici à 2015. Les 6,6 millions d'enfants décédés en 2012 souffraient principalement de maladies « évitables et guérissables » et alors même que le savoir-faire et les traitements sont disponibles. « Ce dont nous avons besoin, c'est d'un plus grand sentiment d'urgence », a affirmé le directeur exécutif de l'Unicef Anthony Lake. La pneumonie constitue la principale cause de mortalité infantile (17 % des cas), suivies par des complications liées aux prématurés (15 %), celles associées à l'accouchement (10 %) et à la diarrhée (9 %). Mais 45 % des décès intervenus avant l'âge de 5 ans sont attribuables à la sous-nutrition, d'après le rapport. La moitié des morts infantiles sont concentrées dans cinq pays. Il s’agit de l’Inde, de la République démocratique du Congo, du Nigeria, du Pakistan et de la Chine. Deux d'entre eux (Inde et Nigeria) comptant pour un tiers de ces décès. Par ailleurs, l'Afrique subsaharienne reste l'une des régions qui affiche le moins de progrès dans la diminution de la mortalité néonatal. Des « grandes inégalités » persistent en effet entre pays du Nord et du Sud : le taux de mortalité infantile dans les pays à faible revenu était de 82/1000, soit treize fois plus que dans les pays riches.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir