L’ADMD dénonce une confiscation par les médecins du débat sur la fin de vie
Brève

L’ADMD dénonce une confiscation par les médecins du débat sur la fin de vie

02.07.2013

L’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) a vigoureusement réagi, ce mardi lors d’une conférence de presse, à l’avis du Comité national d’éthique (CCNE), rendu public hier, qui a été qualifié à la fois de « régressif, hypocrite et mensonger ». « L’avis 121 renvoie les Français à une médecine sourde et autoritaire » a déclaré Jean-Luc Romero. Le président de l’ADMD s’est dit particulièrement « étonné » par la proposition du CCNE d’inciter les patients à rédiger leurs directives anticipées avec leur médecin traitant pour qu’elles soient mieux prises en compte, ce qu’il considère comme « aberrant ». « C’est comme si on nous demandait que le testament soit fait avec les héritiers ». Pour lui, en effet, l’euthanasie « n’est pas une affaire médicale ». « Le débat sur l’avortement n’a pas été accaparé par les médecins. Ils ont juste obtenu une clause de conscience » a-t-il dit, à titre de comparaison. Par ailleurs, Jean-Luc Romero a fait savoir qu’il avait écrit une lettre à Marisol Touraine dans laquelle il lui demandait que l’ADMD puisse obtenir une délégation de service public afin de gérer les directives anticipées, grâce à son fichier déclaré à la Cnil. Jean-Luc Romero a également annoncé qu’il écrirait une lettre ouverte au Président de la République pour lui demander de légiférer sur l’euthanasie en dépit des avis du CCNE et du rapport Sicard. « La proposition 21 de François Hollande concernait l’euthanasie même si le mot n’a jamais été prononcé. Or, le moment est venu de voter une loi et d’arrêter cette épidémie de rapports décevants qui disent tous la même chose » a-t-il affirmé. Tenante également de la légalisation de l’euthanasie, la députée EELV de la Vienne Véronique Massonneau était présente à la conférence de presse de l’ADMD. Elle s’est dite « déçue mais pas surprise » par l’avis du CCNE : « le débat a été confisqué à la société civile, ce sont des médecins qui auditionnent des médecins » a-t-elle déploré.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir