Les médecins de plus en plus équipés en smartphones et tablettes
Brève

Les médecins de plus en plus équipés en smartphones et tablettes

23.05.2013

Les médecins utilisent de plus en plus les nouvelles technologies sont pour leur métier, mais hésitent encore à les conseiller à leurs patients pour gérer leur santé. Tel est l’enseignement majeur du 2ème baromètre consacré aux «médecins utilisateurs de smartphone» en France réalisé par Vidal, en partenariat avec le Conseil national de l’Ordre des médecins. L’Observatoire VIDAL des «Usages numériques en santé» révêle d’abord que plus d’un praticien sur dix utilise son Smartphone à une fin professionnelle ou mixte. Et que 66% des médecins ayant un sxmartphone possèdent un iPhone, mais l’OS Android gagne du terrain : 18% des utilisateurs en 2012, 27% des médecins en 2013.

L’étude montre surtout uebn croissance forte des médecins utilisant une tablette, qui passent de 37% en 2012 à 56% en 2013. Et sur les 44% n’en possédant pas, plus d’1 médecin sur 5 interrogés compte en acheter une dans l’année. Autre enseignement : les praticiens appréhendent plutôt bien ces nouveaux équipements puisque la moitié (56%) des utilisateurs de smarphone possède des applications médicales. Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombeux (89,6% en 2013 contre 68% en 2012 ). Les médecins téléchargent surtout des applis concernant une base de données médicamenteuses (89,6%) et les intéractions entre médicaments (75,5%). « Cette évolution traduit probablement une volonté de sécurisation de la prescription de la part des professionnels de santé, d’autant que 35% des répondants font toujours de leur Smartphone un véritable outil d’accompagnement pour la prescription », indique Charles Duros, Directeur de la communication & du CRM de VIDAL.

Bien que l’indice de confiance varie en fonction de l’éditeur de l’application, les médecins interrogés sont 61% à être prêts à payer pour une application mobile, aussi bien pour une base de données médicamenteuses que pour des recommandations de bonnes pratiques (de 0 à 10€ pour respectivement 43% et 57,7% d’entre eux). La forte tendance à la convergence numérique multi-supports se fait également sentir vis-à-vis des logiciels patients, puisque 58,7% des répondants souhaiteraient accéder à leur système via mobile.

« Ces résultats attestent que les TIC en santé, loin de fragiliser la qualité de la relation médecin-patient, viennent la soutenir en renforçant le lien de forte confiance entre médecin et patient, confirmé par toutes les enquêtes d’opinion. L’utilisation du Smartphone est ancrée désormais au cœur de la pratique quotidienne des médecins, comme elle l’est de plus en plus dans la vie quotidienne des patients » souligne Jacques Lucas, Vice président du CNOM, Délégué général aux systèmes d’information en santé.

Cependant, en raison d’une offre très large d’applications santé, pas toujours fiables, disponibles sur les boutiques en ligne (près de 14 000 applications santé sur l’Appstore), seuls 8% des médecins utilisateurs de smartphone recommandent une application santé à leur patient. Ils sont par ailleurs plus d’un sur deux à communiquer leur numéro de téléphone. Les médecins parraissent également moins à l’aise avec les réseaux sociaux. Seulement 19,4% des médecins utilisateurs de smartphone pratiquent les réseaux sociaux pour un usage professionnel : Facebook est le plus utilisé avec 88,3% d’utilisateurs, loin devant twitter (30,6%) et linkedin (16%). L’enquête souligne néanmoins l’apparition depuis plusieurs années des communautés de médecins en ligne favorisant notamment les échanges de bonnes pratiques.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
AT

Ses arrêts de travail mis sous tutelle, un généraliste « heureux » déplaque

« Ce sont 40 ans de bonheur, de doutes, de grandes joies mais aussi de moments douloureux qui prennent fin. Merci à vous, et bon vent à tous ». Ce petit mot, écrit à la main, s’adresse aux patients...14

Bobologie, téléconsultation, renouvellements... les pharmaciens prêts à aider les généralistes dans le premier recours

.

Les premières auditions de la commission d'enquête pour l'accès aux soins se tenaient ce jeudi rue de l'Université. Les représentants des... 12

Pour la HAS, aucune situation clinique n'est incompatible avec la téléconsultation ou la télé-expertise

.

Alors que l'avenant conventionnel sur la télémédecine est en passe d'être signé par les syndicats, inscrivant ainsi dans le droit commun la... 5

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir