Trisomie 21 : démission en bloc d’experts gynéco-obstétriciens
Brève

Trisomie 21 : démission en bloc d’experts gynéco-obstétriciens

25.03.2013

Les lacunes éventuelles dans le dépistage de la trisomie 21 inquiètent les obstétriciens. Au point que les 16 membres de la Commission nationale de l'échographie obstétricale et foetale viennent d’annoncer leur démission en bloc le mois dernier. Ils protestent contre l'absence d'évaluation du dépistage prénatal de la trisomie 21 mis en place en 2010, une perspective que l’Agence de biomédecine semble avoir abandonné. «Au delà de ce premier constat, il convient de s'assurer que la réduction du nombre d'amniocentèses n'a pas été préjudiciable à la fiabilité du dépistage», ajoutent-ils. «Nous souhaitons avoir ces données pour savoir si nous ne passons pas à côté de certains cas de trisomie», explique le Pr Jacques Lansac, président démissionnaire de la commission, alors que le nombre d'enfants nés trisomiques a faiblement augmenté en France en 2012, sans qu'on puisse à ce stade savoir pourquoi. «Nous voulons éviter que des parents nous attaquent parce qu'ils ont eu un enfant trisomique, malgré le dépistage», précise le gynécologue.

Depuis 2010, les quelque 800.000 femmes enceintes chaque année en France se voient proposer un dépistage de risque de trisomie 21 au premier trimestre de la grossesse qui associe l'étude de marqueurs sanguins et une échographie destinée à mesurer l'épaisseur de la nuque foetale. Une amniocentèse n'est généralement proposée que si le risque est élevé, à partir de 1/250. Un nouveau test prénatal de diagnostic de la trisomie 21 à travers le sang maternel, le diagnostic prénatal non invasif (DPNI), fait actuellement l'objet d'essais cliniques depuis l'an dernier. Son éventuelle généralisation est l’objet de polémique de la part cette fois des adversaires de l’IVG, alors que les obstétriciens le soutiennent.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir