Subutex: trois généralistes en garde à vue à Metz
Brève

Subutex: trois généralistes en garde à vue à Metz

13.03.2013

Trois médecins généralistes de Metz ont été placés en garde à vue mercredi, soupçonnés d'avoir prescrit complaisamment des produits de substitutions à l'héroïne à des dizaines de patients. Une enquête avait été ouverte en avril 2012, après l'arrestation de plusieurs toxicomanes qui revendaient du Subutex. «Lorsque nous les avions questionnés, ils nous avaient expliqué que Metz était connu comme un lieu où certains médicaments étaient prescrits facilement par plusieurs médecins», explique le procureur de Metz, Pierre-Yves Couilleau. Après des recoupements avec les fichiers de la cpam, les enquêteurs de la police judiciaire de Metz et du Groupement d'intervention régional, en charge du dossier, ont considérés suspectes des ordonnances délivrées par ces trois généralistes.

Apparemment, certains patients se seraient fait prescrire 1.800 boîtes de Subutex en un an : «Certains médecins, sur deux ans, ont prescrit 16.000 boîtes sans qu'on puisse mettre en face un nombre de patients cohérent», souligne le magistrat. Il est également reproché à ces généralistes d'avoir délivré plusieurs ordonnances à une seule personne qui disposait de plusieurs Cartes vitale, en facturant autant de consultations que de prescriptions. «Les médicaments étaient ensuite revendus 10 euros la boîte de Subutex, 20 euros la boîte de Skénan», indique le juge Couilleau. Le parquet semble sûr de son fait dans cette affaire : «beaucoup ont fait le "voyage de Metz", le lieu où l'on pouvait à peu de frais se fournir,» avance-t-il, soulignant aussi que l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) avait noté que la Moselle est le premier département français pour le nombre de boîtes vendues de Subutex pour 100 habitants.

Si l’implication des trois généralistes metzins était confirmé, il s’agirait de la troisième affaire de fraude massive depuis le début de l’année 2012, après la mise en cause de praticiens en région Paca, puis dans l’Essonne.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Strasbourg

À Strasbourg, des généralistes réunis pour une formation, confinés pendant la fusillade

Les médecins du syndicat Agjir, antenne locale alsacienne de ReAGJIR, le regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants, réunis mercredi soir à Strasbourg, devaient vivre...Commenter

Dépistage des cancers cutanés : le seul examen visuel ne suffit pas

Mélanome malin

À l’heure où s’ouvre à Paris le congrès annuel de la société française de dermatologie, cette revue Cochrane tombe à pic. Selon la conclusio... Commenter

Après l'enquête ‘Implant Files’, les industriels répondent

Radiographie du thorax d'un homme atteint de cardiomégalie montrant un pacemaker ou stimulateur cardiaque

Suite à l’enquête journalistique internationale « Implant Files » dénonçant les défauts d’évaluation, de surveillance et de traçabilité des... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir