Le gouvernement veut développer maisons et centres de santé dans les banlieues
Brève

Le gouvernement veut développer maisons et centres de santé dans les banlieues

20.02.2013

Le gouvernement entend développer les maisons de santé et les centres de santé dans les banlieues difficiles. L’orientation figure parmi les 27 mesures arrêtées mardi par Jean-Marc Ayrault au tître de le politique à la ville. Le Comité interministériel à la ville que le premier ministre a présidé a en effet posé le constat que l’état de santé des populations des zones sensibles était moins bon que la moyenne. Sur la baxe des travaux de l’observatoire des Zones Urbaines sensibles (ZUS) le CIV a souligné qu’un tiers des habitants se considère en mauvaise santé contre 27% dans les agglomérations environnantes et que «les phénomènes de surpoids et d’obésité, ainsi que de mauvaise santé bucco-dentaire, y sont plus fréquents et un tiers des femmes déclarent souffrir de maladies chroniques.» Un constat qui tranche avec la sous densité médicale qui affecte les "quartiers" : deux fois moins importante qu’ailleurs, en particulier pour les médecins spécialistes et les infirmiers, selon le CIV. «Dans les quartiers, plus qu’ailleurs, la question de l’accès aux soins est posée. On parle des déserts médicaux dans le secteur rural, mais c’est aussi dans les secteurs urbains, ou péri urbains, que cette question doit être traitée,» estime le Premier ministre. Comme pour la plupart des autres priorités annoncées mardi, le développement des maisons et centres de santé n’a pas fait l’objet de chiffrages budgétaires. On ignore notamment si elles seront financées sur les crédits du ministère de la Santé ou si elles feront partie crédits spécifiques du ministère de la Ville. La question de l’accès aux soins des populations démunies est soulevée depuis plusieurs mois par les maires de l’association "Ville et banlieue". Et le dossier sera ouvert encore une fois cette semaine, puisque la sénatrice (EELV) de Seine-Saint Denis, Aline Archimbaud, doit présenter jeudi une proposition de loi en ce sens.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

4 522 euros de ROSP clinique en moyenne pour les généralistes (-7 %) : la clause de sauvegarde amortit le choc

Les résultats de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) new-look viennent de tomber. Comme le laissait présager la grogne des syndicats contre cette nouvelle formule issue de la...Commenter

Agacé par le départ inopiné de confrères, un généraliste réclame un encadrement plus strict de la fin d'activité

Arrêt d'activité

Deux poids, deux mesures pour la médecine libérale ? Le Dr Nicolas Thual, généraliste à Brehan (Morbihan), s’interroge. Dans son secteur,... 26

Buzyn veut un tiers payant généralisable fin 2019, les médecins refusent toujours toute obligation

TPG

Le ministère de la Santé attendait la remise du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour fixer le calendrier de... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir