Les ados toujours plus accros à leur portable
Brève

Les ados toujours plus accros à leur portable

24.01.2013

Une enquête dans des lycées et des centres de formation de la région PACA, rendue publique jeudi par l'Association Santé Environnement France (ASEF) qui regroupe 2.500 médecins montre que l’utilisation du portable commence avant l'âge de 14 ans pour 75% des adolescents et même avant l'âge de 10 ans pour un tiers d'entre eux. 58% ont entendu dire qu'il ne fallait pas garder son téléphone sur soi, 44% qu'il ne fallait pas dormir avec son téléphone allumé à côté, mais seulement 15% connaissent l'intérêt d'un kit mains-libres. Une grande majorité (85%) préfère envoyer des courts messages plutôt que de passer des appels, ce qui n'empêche pas 42% d'entre eux de passer plus d'une demi-heure au téléphone par jour.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Strasbourg

À Strasbourg, des généralistes réunis pour une formation, confinés pendant la fusillade

Les médecins du syndicat Agjir, antenne locale alsacienne de ReAGJIR, le regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants, réunis mercredi soir à Strasbourg, devaient vivre...Commenter

Dépistage des cancers cutanés : le seul examen visuel ne suffit pas

Mélanome malin

À l’heure où s’ouvre à Paris le congrès annuel de la société française de dermatologie, cette revue Cochrane tombe à pic. Selon la conclusio... Commenter

Après l'enquête ‘Implant Files’, les industriels répondent

Radiographie du thorax d'un homme atteint de cardiomégalie montrant un pacemaker ou stimulateur cardiaque

Suite à l’enquête journalistique internationale « Implant Files » dénonçant les défauts d’évaluation, de surveillance et de traçabilité des... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir