Pas de risque accru d’enfant mort-né avec des anti-dépresseurs chez la mère
Brève

Pas de risque accru d’enfant mort-né avec des anti-dépresseurs chez la mère

02.01.2013

L'utilisation d'antidépresseurs chez des femmes enceintes n'accroît pas sensiblement le risque d'enfant mort-né ou de décès néonataux, selon une étude menée sur près de 30 000 femmes dans des pays scandinaves, publiée mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). Parmi le 1,6 million de naissances étudiées dans cette recherche, on a constaté 6 054 enfants morts-nés, 3 609 décés néonataux (jusqu'à 4 semaines après la naissance) et 1 578 morts postnéonatales. Au total, 29 228 (1,79%) des femmes de l'étude prenaient un antidépresseur durant leur grossesse. Les chercheurs ont indiqué que ces dernières avaient des taux de fausse-couche et de décès postnéonatal un peu plus élevés avec respectivement 4,62 contre 3,69 pour mille et 1,38 contre 0,96 pour mille comparativement à celles qui n'avaient pas pris d'antidépresseurs. Le taux de décès néonataux a été similaire dans les deux groupes avec 2,54 pour mille contre 2,21 pour mille. Mais le fait que dans le groupe de femmes traitées avec des antidépresseurs, certaines souffraient de maladies psychiatriques graves et fumaient ou étaient d'un âge avancé pour une maternité, explique ces taux plus élevés d'enfants morts-nés ou décédés en bas âge, soulignent les auteurs de l'étude. «En prenant en compte ces facteurs dans nos modèles, l'usage d'antidépresseurs n'est pas associé à un nombre croissant d'enfants morts-nés, de décès néonataux ou de morts postnéonatales....», assurent-ils.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... Commenter

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir