La campagne de vaccination contre la polio fait neuf morts au Pakistan
Brève

La campagne de vaccination contre la polio fait neuf morts au Pakistan

19.12.2012

Les attaques meurtrières contre une campagne anti-polio se poursuivent au Pakistan. Les agressions se sont multipliées mercredi près de Peshawar, près de la frontière afghane et de zones tribales considérées comme un repaire des talibans et de groupes liés à al-Qaïda, opposés à la vaccination contre la polio. Une employée et son chauffeur ont été tués par des hommes armés à Charsadda, près de Peshawar. Un homme blessé grièvement en matinée par des hommes armés alors qu'il administrait un vaccin a succombé à ses blessures à l'hôpital, portant ainsi à neuf le nombre des membres d'une campagne anti-polio tués depuis lundi à travers le pays. En outre, des hommes armés circulant en moto ont aussi ouvert le feu en direction de quatre femmes bénévoles administrant des vaccins près de Peshawar sans toutefois les atteindre.

En réponse à ces violences, l'Unicef et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui supervisent et appuient cette campagne de vaccination, ont suspendu la campagne de vaccination dans l'ensemble du pays. Et les autorités pakistanaises, qui fournissent les bénévoles sur le terrain, ont suspendu la campagne de vaccination dans les provinces du Sind (sud) et de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), les deux seules touchées par ces violences. L'Unicef et l'OMS ont dénoncé ces attaques qui «privent les populations les plus vulnérables du Pakistan, et principalement des enfants, des soins les plus essentiels». Selon les données de l'OMS, 198 cas de poliomyélite ont été recensés l'an dernier au Pakistan, la pire année en une décennie, et 56 cas cette année.

Au Pakistan, des milliers de parents refusent toujours que leurs enfants soient vaccinés contre la poliomyélite, en raison notamment de la pression de certains imams et d'insurgés islamistes. Des imams se sont publiquement opposés à cette vaccination, estimant (à tort) que le vaccin contenait du porc, rendait infertile, et que la campagne était financée par l'Occident dans le but d'affaiblir les musulmans. Des commandants talibans ont aussi interdit la vaccination sur leur territoire, accusant les humanitaires d'être des espions, surtout depuis «l'affaire Afridi». Le Pakistanais Shakeel Afridi a été condamné en mai à 33 ans de prison par un tribunal pakistanais pour avoir participé en mars 2011 à une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite B organisée par la CIA à Abbottabad (nord-ouest) pour s'assurer, via des prélèvements d'ADN sur sa famille, qu'Oussama Ben Laden se trouvait bien sur place comme elle le soupçonnait.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...5

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 1

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir