La campagne de vaccination contre la polio fait neuf morts au Pakistan
Brève

La campagne de vaccination contre la polio fait neuf morts au Pakistan

19.12.2012

Les attaques meurtrières contre une campagne anti-polio se poursuivent au Pakistan. Les agressions se sont multipliées mercredi près de Peshawar, près de la frontière afghane et de zones tribales considérées comme un repaire des talibans et de groupes liés à al-Qaïda, opposés à la vaccination contre la polio. Une employée et son chauffeur ont été tués par des hommes armés à Charsadda, près de Peshawar. Un homme blessé grièvement en matinée par des hommes armés alors qu'il administrait un vaccin a succombé à ses blessures à l'hôpital, portant ainsi à neuf le nombre des membres d'une campagne anti-polio tués depuis lundi à travers le pays. En outre, des hommes armés circulant en moto ont aussi ouvert le feu en direction de quatre femmes bénévoles administrant des vaccins près de Peshawar sans toutefois les atteindre.

En réponse à ces violences, l'Unicef et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui supervisent et appuient cette campagne de vaccination, ont suspendu la campagne de vaccination dans l'ensemble du pays. Et les autorités pakistanaises, qui fournissent les bénévoles sur le terrain, ont suspendu la campagne de vaccination dans les provinces du Sind (sud) et de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), les deux seules touchées par ces violences. L'Unicef et l'OMS ont dénoncé ces attaques qui «privent les populations les plus vulnérables du Pakistan, et principalement des enfants, des soins les plus essentiels». Selon les données de l'OMS, 198 cas de poliomyélite ont été recensés l'an dernier au Pakistan, la pire année en une décennie, et 56 cas cette année.

Au Pakistan, des milliers de parents refusent toujours que leurs enfants soient vaccinés contre la poliomyélite, en raison notamment de la pression de certains imams et d'insurgés islamistes. Des imams se sont publiquement opposés à cette vaccination, estimant (à tort) que le vaccin contenait du porc, rendait infertile, et que la campagne était financée par l'Occident dans le but d'affaiblir les musulmans. Des commandants talibans ont aussi interdit la vaccination sur leur territoire, accusant les humanitaires d'être des espions, surtout depuis «l'affaire Afridi». Le Pakistanais Shakeel Afridi a été condamné en mai à 33 ans de prison par un tribunal pakistanais pour avoir participé en mars 2011 à une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite B organisée par la CIA à Abbottabad (nord-ouest) pour s'assurer, via des prélèvements d'ADN sur sa famille, qu'Oussama Ben Laden se trouvait bien sur place comme elle le soupçonnait.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir